Worried Lebanese

thought crumbs on lebanese and middle eastern politics

Archive for the ‘Journalism’ Category

“When the party is over”

Posted by worriedlebanese on 22/10/2012

They say it’s an ill wind that blows no good. But this worried lebanese finds many reasons to be worried. Yesterday was undoubtedly action-packed, rife with unbridled emotions and wide-ranging misconducts. It’s actually extremely hard to sum up in a couple of words because of the multitude of arenas in which these actions unfolded and the mass of images they conjured up. Even the media was having trouble dealing with this profusion. The Lebanese TV channels that I followed in between calls had suspended their programs for the day and were struggling to cover and broadcast the day’s events. You  can’t expect them to be ubiquitous; drama was unfolding in most parts of the country: roads being blocked, neighbourhoods being claimed, rival party headquarters being attacked and even gunfire being exchanged. And there’s a limit to how much a television station can multiplex. At a certain point, the LBC screen looked like a CCTV surveillance monitor.

Three squares for one funeral: Between geography and iconography
As early as saturday, three important squares in Beirut were called to become the centre of the opposition’s protestations: The site of the explosion, the victim’s final resting place and the foot of the Prime Minister’s office & residence. As the funeral was increasingly presented as a political rally, the greatest challenge for its organisers was to smoothly link the three squares withstanding their conflicting meanings and the differing emotional impacts Friday’s car bomb had.
1. Sassine Square: A couple of steps north of the explosion’s epicentre. It’s the proscenium of Friday’s drama where you get a full view of the (physical) destruction. Sassine square is the heart of former “East Beirut”, the political centre of what became during the Civil war the capital’s Christian quarter (and Christian only neighbourhood). In this square sits a large portrait of President-elect Bachir Gemayel (prominent Christian warlord, founder of the Lebanese Forces and arguably the most popular of all politicians among Lebanese Christians, past and present), assassinated in 1982 two blocks south from where Wissam al Hassan was killed.
2. Martyr’s Square/Liberty Square: It stands right across Wissam al Hassan and his driver Ahmad Sahyuni’s final resting place. They were buried in the same precinct as Rafic Hariri, former Prime-Minister and founder of the Future Movement, killed by a massive explosion in February 2005, next to Beirut’s largest (Sunni) Mosque. The political significance of this square was resurrected in 2005 when the Lebanese opposition to Syrian occupation camped on this site and organised massive rallies in it. It is the symbolic centre and the main iconography of the March 14 coalition, its most physical incarnation.
3. Ryad al-Solh Square: This is where the Future Movement and the Lebanese Forces (amongst others) called for a sit-in to pressure Prime-Minister Nagib Miqati into resigning. This square sits east of the Grand Serail, the Premiership’s offices. It became politically significant in 2005 where pro-Syrian parties rallied to counter the anti-Syrian protests. And it was given in 2006 another meaning when the most prominent shiite parties, Hezbollah and Amal left the government and occupied the square with their allies in order to pressure Prime-Minister Fuad Siniora into resigning. 

Rerun, Sequel or Cover ?
Nobody quite knew what to expect from Wissam al-Hassan’s funeral. The Future Movement and the Lebanese Forces had made it quite clear that they intended to turn this funeral into a massive political rally. The preparations had actually begun on saturday afternoon in Martyr’s Square. Instead of a “consensual” funeral similar to the ones that were given to two other members of the security apparatus killed in the line of duty (François Al-Hajj in 2007 and Wissam Eid in 2008), Wissam al-Hassan’s funeral would be similar to that of a March 14 politician. Indeed, the funeral bore a lot of resemblance to Walid Eido’s. However, many different elements signalled  that this political rally would be more than a rerun of a March 14 funeral (March 14 had been the victim of 7 targeted assassinations and 3 failed attempts between 2004 and 2007). The political speeches that were heard on saturday and sunday were similar to those made in january 2011, surrounding the Sunni “day of anger”. But the most political and distinguishing feature of this funeral was the sit-in that was scheduled to follow it. On that issue, the Future Movement’s speeches were closer to the ones heard at the March 8th anti-governement sit-in back in 2006 than to those made on the day Omar Karame resigned in 2005.

A day of unbridled anger
During that long day, I personally didn’t venture out of Beirut’s central district. So most of the news I got about events happening outside this area was through biased television coverage. As expected, the Media played its usual political role, that of a resonance chamber. Reporters ditched reporting, and instead actively participated in the events through reframing and communicating faulty information. Switching from Al-Jadeed to LBC and back, you could count the contradictions in the their reporting by the minute. On the streets, emotions were obviously running high, and the most salient one was undoubtedly anger. The media concentrated its efforts on what was happening in Beirut’s central district, failing to analyse and comprehend that the most important dynamic was unravelling elsewhere, in Tripoli and on the major communication routes linking the three largest predominantly shiite areas in Lebanon.

Politicians obviously were not able to manage the anger they had provoked or nurtured.  They proved yet another time how irresponsible they are, by either adding fuel to fire or by failing to respond adequately to the situation. This is equally true for those politicians belonging to the “governing” parties than for those belonging to the “opposition” parties (both terms do not always reflect the reality of their involvement in politics). Sectarian politics being what they are in our republic of many farms, Sunni politicians and political groups were expected to manage the “sunni wrath”. But they proved to be completely incapable of doing it. Fuad Siniora missed the irony of his position, Saad Hariri failed to show up, Nagib Miqati decided to go on a pilgrimage… and Grand Mufti Mohammad Rashid Qabbani spoke knowing no one was listening… and when Nadim Qtaich, a journalist belonging to the Future Movement, called mourners to storm the Grand Serail, he became the official scapegoat of yesterday’s most photogenic event…
And while the political class failed to contain the Syrian crisis, and respond adequately to the many challenges our country faces, a new generation of street thugs, abadayeet, entered the political arena by forcibly claiming “their” territory. Their identity remains unknown, but they are filling up the political void left by the country’s ailing leadership.

Advertisements

Posted in Communication, Intercommunal affairs, Journalism, Lebanon, Political behaviour, Violence | Leave a Comment »

جمهورية المزارع في حداد

Posted by worriedlebanese on 20/10/2012

Hier, la République des fermes a perdu un de ses plus valeureux fonctionnaires, un haut-fonctionnaire de la République, le fidèle fonctionnaire de l’une de ses fermes. Wissam al-Hassan a été assassiné alors qu’il exerçait ses fonctions au sein de la République, au sein de la ferme à laquelle il appartenait, celle qui se proclame fidèle à la mémoire de Hariri (Père et/ou fils) et que certains assimilent au Moustaqbal, celle qui est revendiquée par le XIV Mars® et que se sont arrogés hier les obstructeurs de routes (au nom de la communauté sunnite).
Wissam al-Hassan dirigeait un service des renseignements “ad hoc”, celui des Forces de sécurité intérieure (FSI), façonnée à la mode baathiste, sans assises ni encadrements légaux, à la va-vite, pour répondre à des besoins urgents:  la méfiance qui régnait entre les différentes fermes du pays, le pouvoir attribué à d’autres fermes sur les services sécuritaires existants, le danger (bien réel) de mort qui menaçait les personnalités du XIV Mars® et la défense de ce qui était tenu pour sacré, le châtiment des auteurs de l’attentat du 14 février 2005.

Nombreux sont ceux qui accusent la Syrie de ce crime, de la même manière qu’ils accusaient Israël jusqu’en 2005 de tous les crimes. C’est certainement vraisemblable, mais peut-être pas vrai. Là n’est pas la question. Attendons les résultats de l’enquête et continuons à nous méfier de ceux qui nous ont déjà fait du mal. Rappelons-nous que cette désignation d’un ennemi comme responsable de tous les maux est devenu un réflexe si profondément ancré dans nos moeurs politiques que toute enquête devenait inutile; on ne faisait même pas semblant. Alors on a simplifié l’équation: attentat = accusation + déblayage immédiat + retour à la normalité. À quoi bon dépenser tant d’efforts pour prouver ce qui allait de soi. Une partie des libanais l’a toujours fait à l’encontre d’Israël, l’autre partie à l’encontre de la Syrie. Et il est possible de passer du premier groupe au second, et inversement. De toute manière le mécanisme est le même.
Hier comme aujourd’hui, politiciens et éditorialistes s’agitent, pointent leur doigt accusateur, attisent la haine, agitent les franges les plus fragiles de la société et embrigadent ceux qui cherchent un semblant de confort dans des certitudes factices. Ils essayent de raviver la République pourfendue des émotions qui a vu le jour en mars 2005. Mais une chose a changé depuis… l’enquête se poursuit… spontanément. Le bloc urbain qui entoure le lieu de l’attentat est toujours bouclé, des enquêteurs poursuivent leur collecte d’indices. Les moeurs de nos politiciens et journalistes n’ont manifestement pas changé, mais celles de certains de nos services sécuritaires si. Et nous devons en partie ce changement à Wissam al-Hassan.

Il serait facile pour moi et pour ceux qui me ressemblent de céder à la tentation de balayer cet assassinat, cet attentat ciblé, en se concentrant sur ses dégâts collatéraux. Après tout Wissam al-Hassan faisait partie d’une ferme qui nous est étrangère, et à laquelle nous ne nous identifions d’aucune manière (ou contre laquelle nous avons longtemps été particulièrement hostiles). Alors que l’attentat a eu lieu dans un quartier que nous habitons ou avons habité, à deux pas d’un grand nombre de nos proches (famille et amis) et de visages familiers. Sans aucun doute, j’aurai du mal dans quelques années à me rappeler du nom de la victime que cette explosion avait pour cible. Mais je n’oublierai jamais l’attentat en lui même: ni la transformation apocalyptique de ce quartier si familier, ni le bruit des éclats de verre que l’on balayait sur chaque étage, dans chacun de ses immeubles, jusqu’à tard dans la nuit.

En écoutant les discours qui pleuvent aujourd’hui autour de cet assassinat, je pourrais me répéter que Wissam al-Hassan était le fidèle fonctionnaire de l’une des nombreuses fermes de mon pays. Il en était même devenu l’un de ses symboles. Cette vérité est incontestable. Mais le pas entre le réalisme et le cynisme est vite franchi. Tâchons de ne pas l’enjamber sans même s’en rendre compte. Est-ce que cette appartenance efface son professionnalisme, son dévouement à sa fonction, son courage? Qualités que même ses adversaires politiques lui concèdent. Est-ce que cette appartenance efface la douleur que sa disparition a provoqué parmi ses proches, sa femme et ses enfants réfugiés depuis un certain temps à Paris, ses amis, ses collègues et même les membres de sa ferme (ou ceux qui s’y identifient) qui se sentent directement visés et affaiblis par sa disparition? Certainement pas.

Wissam al-Hassan était un compatriote. Il était fonctionnaire dans un État morcelé en de nombreuses fermes. Il a servi son pays comme il le pouvait, à travers les allégeances qu’il avait, avec les convictions qui étaient les siennes. Il a été assassiné dans ses fonctions, en raison de ses fonctions. La république est en deuil, et elle l’est justement. Elle l’est même doublement, pour avoir perdu un de ses hauts fonctionnaires, et pour avoir perdu tout sens républicain face au cynisme des uns et à la récupération des autres.

Posted in Journalism, Lebanon, Patronage Networks, Political behaviour, Version Francophone, Violence | 2 Comments »

“Détournement de Fond”

Posted by worriedlebanese on 27/06/2011

Titre: “Détournement de Fond
Auteur: d’Élie Fayad.
Date: Jeudi 23 Juin 2011.
Genre: Editorial… Exercice littéraire, accessoirement journalistique (puisque ce genre d’article ne contient pas d’informations, mais quelques allusions à des faits – pas nécessairement avérés – ou plutôt à des dires). Exercice en fait éminemment politique mais d’un genre particulier. Généralement, il se réduit à une distribution de gommettes ou en l’occurrence à une réprimande (comme en maternelle)… l’éditorialiste devient instituteur qui évalue un élève : “insolence”, “bougeotte”, “trublion”, “il lui arrive, comme c’est le cas ces jours-ci, de dépasser les bornes”, “il s’agite ces jours-ci”.
Total de mots: 804!
Structuration:
Introduction: 410 mots. Thème: “l’insolence de Michel Aoun” (qui s’achèvent avec 101 mots d’auto-justification et d’auto-congratulation).
Corps du sujet: 305 mots (dont 100 mots de digression géopolitique). Thème: “Détournement du débat public”
Conclusion: 89 mots. Thème: “l’agitation de Michel Aoun”.

Analyse descriptive
A l’intérieur de chaque thème, Élie Fayad traite de plusieurs questions qui ne sont pas sans intérêts, mais dont malheureusement les conclusion sont systématiquement détournés à des fins politiques (ou plutôt politiciennes, comme nous le verrons plus tard). Tout d’abord, Elie Fayad décrit un des “fossé[s] de la haine entre Libanais”, celui qui traverse les communautés chrétiennes. D’un côté, nous trouvons les partisans de Aoun “qui se laissent impressionner par [s]es stratagèmes” et interprètent ses prises de positions comme un “signal audible d’une volonté collective de changement”, un signe de sa “différence à l’égard d’une classe politique perçue comme étant complaisante, médiocre, corrompue”. Et de l’autre côté, on trouve les détracteurs de Aoun qui savent que cette “idée” de changement est une “illusion” et qui trouvent ses boutades “déplaisantes”… L’éditorialiste ne cache pas son positionnement, il se range clairement dans ce dernier camp et ne cache pas son mépris de l’autre, gorgé “de nombreux imbéciles à travers le pays”, qui se laisse “impressionner” par ce “troublions”, et se laisse berner par une “illusion” de changement.

En fait, derrière une bonne couche de mépris et une deuxième couche de parti pris, l’analyse d’Élie Fayad est par moments pertinente. Effectivement, les partisans de Aoun sont généralement des personnes qui rejettent la classe politique libanaise “perçue comme complaisante, médiocre, corrompue”… Mais serait-ce  juste une question de perception comme le laisse entendre Élie Fayad? Personnellement, je ne vois pas comment on pourrait de manière objective dresser un bilan positif de cette classe politique. Quant aux détracteurs de Aoun, l’éditorialiste indique que généralement, ils sont rebutés par le style de communication de Aoun, et la personnalité qui s’en dégage: “tentatives d’humour”, “un peu de victimisation et de beaucoup de paternalisme protecteur”. Et là aussi, peut-on vraiment leur en tenir rigueur? Le discours du CPL (le parti, la télévision et les porte-paroles) qui se veut “décontracté” et “franc” est indéniablement grossier. Et jusqu’à maintenant ce parti s’est fait surtout remarqué par son style de communication plus que par son action politique.

Ce qu’il y a de plus étonnant dans cette bipolarisation en milieu chrétien autour de la figure de Aoun est le fait que jusqu’à la formation du deuxième gouvernement Miqati, le chef du CPL demeurait un des acteurs politiques les moins importants sur la scène politique en terme de pouvoir, et que finalement il n’existe pas de différences idéologiques importantes entre lui et ses rivaux politiques en milieu chrétien. Le conflit porte sur la géopolitique (d’ailleurs, c’était l’unique thème de campagne dans les circonscriptions chrétiennes durant les dernières élections législatives) et sur la stratégie d’intégration au pouvoir quadripartite (les deux questions étant évidemment intimement liées).

Quant au corps du sujet, celui qui traite de la thématique principale de l’éditorial annoncée par le titre, son analyse descriptive ne semble pas aussi intéressante que sa soumission à une approche plus analytique. Juste un point mériterait d’être traiter, celui qui est suggéré lorsque l’éditorialiste se demande si le général estime que

le mal, la pourriture, la corruption se trouvent dans un camp et pas dans l’autre, ou alors que cet autre est appelé à se purifier à son contact

Élie Fayad met son doigt sur une incohérence fondamentale dans la stratégie de pouvoir du CPL. Afin d’intégrer le jeu politique, ce parti a dû s’allier d’abord à des petits patrons régionaux chrétiens (Suleiman Frangieh au Nord, Michel Murr au Centre et Elias Skaff à l’Est), pour ensuite s’allier à deux piliers du pouvoir quadripartite. Comment est-ce que le CPL justifier son combat contre la corruption et la classe politique en s’alliant à une partie d’entre elle? Ne perd-il pas de sa crédibilité ou fait-il preuve de pragmatisme? ou est-ce que cette alliance est juste une stratégie pour accéder au pouvoir ou a-t-elle d’autres incidences sur le jeu politique?

Approche analytique:

1. Élie Fayad, acteur politique (ou le renversement de la fonction professionnelle) 
L’introduction qui fait la moitié de l’article n’a pas beaucoup de sens si l’on se tient à son thème. Elle est aussi peu utile à l’argument de l’éditorialiste que la référence à Emile Zola.

“Que l’impertinence soit parfois salutaire, qu’elle suscite de nécessaires remises en question et brise le ronron de la médiocrité, nul ne saurait le nier. Au moins depuis le « J’accuse » d’Émile Zola, tout le monde convient que la vie publique ne peut que gagner en qualité à être secouée de temps en temps par un cri, une bousculade, un geste d’insolence”. 

L’inutilité d’un développement par rapport à l’argument central est en fait un indice qui nous invite à chercher son sens ailleurs que dans l’argument. La référence incongrue au “J’accuse”, par exemple, est manifestement un référent culturel qui agit en tant que marqueur identitaire qui sert à souligner l’appartenance commune du lecteur et de l’auteur à un groupe valorisant (cultivé, francophone, francophile…). De même, consacrer la moitié de l’article à un thème introductif qui aurait bien pu être résumé en deux lignes montre que l’enjeu de ce développement est ailleurs. La clef de ces développement se trouve dans le dernier quart de l’introduction, dans une sous-partie qui sert non seulement où le journaliste justifie sa démarche et s’en félicite.

“l’homme politique – ou le journaliste – qui dénonce l’impertinence de ce dernier ne fait en cela que confirmer son appartenance à l’establishment « pourri » qu’il est nécessaire d’extirper pour que le pays vive et prospère. Après tout, le « combien-Hariri-vous-paie-t-il-à-la-fin-du mois ? » est la phrase fétiche la plus répétée par de nombreux imbéciles à travers le pays et elle le restera encore longtemps. Pour répliquer à Michel Aoun, il faut donc changer de perspective. Ne pas critiquer son insolence, mais au contraire, son… manque d’insolence vraie ou, si l’on veut, son insolence calculée. Car elle l’est à plus d’un titre”.   

Nous remarquons ici l’identification extrêmement significative opérée dès le départ entre la figure du politicien et celle du journaliste. Ce tiret, dont la fonction en tant que signe de ponctuation devrait être celle d’encadrer une incise (de la même manière qu’une parenthèse), joue ici un tout autre rôle; celui d’un trait d’union. Effectivement, l’éditorialiste justifie ce rapprochement des deux catégories en laissant entendre qu’ils subissent les mêmes accusations de la part de Michel Aoun. Et suivant la logique, “même ennemi… même combat… mêmes armes”, l’éditorialiste met en commun leur fonction, rend les deux figures solidaires et se permet de glisser d’une catégorie à l’autre sans aucun souci. En fait, la confusion entres les deux figures ne provient pas de ce combat. Elle est manifeste au Liban depuis plusieurs décennies. Les médias ne sont pas un quatrième pouvoir, ce sont des boites à résonance politique, des auxiliaires d’un autre pouvoir, du seul autre pouvoir (qui se moque des distinctions fonctionnelles entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire). Cette confusion a des raisons structurelles (la liberté des médias va de pair avec leur absence d’autonomie financière et politique… et donc éditoriale) mais également conjoncturelles. La polarisation politique qui a marqué le pays depuis 2005 encourage cette solidarité, cette identification, et c’est sans parler de l’assassinat de deux journalistes (qui d’ailleurs relevaient des deux mondes journalistiques et politiques puisque l’un était patron de presse et député et l’autre éditorialiste et mentor de parti) dans une série d’assassinats politiques qui est venu sceller cette solidarité.

Revenons à l’article d’Élie Fayad, voyons comment il entend sa fonction, à travers le phrase qui sert à introduire le thème principal de l’article, et plus précisément à partir d’un verbe auquel il a recourt: “répliquer“. C’est ce qu’entend faire le journaliste: Répliquer à un politicien. C’est comme ça qu’il entend son rôle. Et il ira encore plus loin dans le paragraphe qui suivra puisqu’il accusera le politicien de “sélectivité thématique“, de “détournement” du “débat public […] de ce qui est essentiel pour tous vers ce qui ne l’est que pour quelques-uns“. Ici, Elie Fayad revisite la théorie américaine de l’agenda setting. Elle ne touche plus à l’information, d’ailleurs, vous l’avez remarqué, l’article, comme bien d’autres dans le journal n’en contient aucune. L’Agenda ici est strictement politique. Et le journaliste se propose de poser les priorités et même de définir ce qui est politique.

2. La définition du politique et la détermination des priorités
L’éditorialiste dénonce les priorités de Michel Aoun et présente les siennes. Il appelle cela la “sélectivité thématique”. D’après lui:

“la corruption financière est mise en avant alors que la corruption institutionnelle et toutes les autres formes d’atteinte au droit sont tues. Et pour cause : on y participe copieusement”. 

Cette phrase est particulièrement intéressante. La distinction entre “corruption financière” et “corruption institutionnelle” à vrai dire m’échappe. A mon avis, ce n’est que deux faces d’une même réalité. L’enjeu de cette distinction est à trouver ailleurs que dans la définition, peut-être à travers la figure symbolique représentative de chaque face… La figure de Rafik Hariri (ou de son successeur Saad Hariri, ou de son collaborateur Fouad Siniora) semble bien représenter la “corruption financière” en raison de l’instrument privilégié qu’il utilisait pour assoir son pouvoir et son réseau clientéliste. Alors que la figure de Nabih Berri semble bien représenter la “corruption institutionnelle” en raison de l’instrument privilégié qu’il utilise pour assoir son pouvoir et son réseau clientéliste. La distinction entendu de cette manière vise donc à dénoncer l’alliance avec l’une des figures contre l’autre figure… De la même manière, lorsque Élias Fayad mentionne les “autres formes d’atteinte au droit“, il semble viser le Hezbollah… Ce ne sont finalement pas les priorités de CPL qui sont critiqués, mais ses alliances politiques.

En fait, il y a très peu question de politique à proprement parler dans cet éditorial. Comme nous l’avons vu, l’éditorialiste s’intéresse d’abord  au discours politique, et plus particulièrement à la communication politique d’un homme. Puis, au moment où il veut rétablir les priorités, il évacue d’une seule phrase expéditive tous les éléments politiques pour s’attarder sur la géopolitique. La digression géopolitique d’Élie Fayad s’étend sur 100 mots. C’est à croire que l’éditorialiste réduit la politique à la géopolitique (ou même les confonds). Et là, il nous livre un indice sur la manière dont il mesure l’importance d’une considération politique, qu’il établit l’ordre de priorité que les politiciens devraient suivre:

Cette question n’est-elle pas à l’heure actuelle plus angoissante […]?”.

C’est l’angoisse qui détermine la priorité, la question de l’heure. Et cette angoisse est géopolitique… En fait, je me serais pas attardé aussi longtemps sur cet article si la lecture d’Élie Fayad n’était pas symptomatique de l’ambiance politique dans laquelle nous sommes plongés depuis 2005: bipolarisation en milieu chrétien autour d’une figure, mobilisation communautaire en milieu non-chrétiens, militantisme et embrigadement des médias, et l’emprise des émotion, et surtout de l’angoisse. Cela ne fait pas disparaitre le politique, mais obscurcit considérablement son analyse par ceux qui y participent.

Posted in Discourse, Discourse Analysis, Journalism, Lebanon, Politics, Version Francophone | Leave a Comment »

Political discourse needs some spring cleaning

Posted by worriedlebanese on 10/04/2011

I was quite shocked when I read the Bil’in Popular Committee’s press release following the assassination of Juliano Mer-Khamis. It read:

The popular committees against the wall and israeli occupation express their deep sadness and sorrow to the murder that happened in Jenine today against the activist and director Juliano.
The popular committees see this act as part of the escalation politics exercised by israeli occupation. These politics permits such horrific acts. Therefore, we hold the israeli occupation accountable and fully responsible for such acts. […] Regardless that this act was committed on an occupied land , we believe that the killing of Juliano only serves Israeli interests”.

The saddest thing about this press release is that it is not even “tailor made” to suit the particular case. It obeys a abstract and rigid format that could apply and is applied to all crimes or heinous acts. The standards were set by oppressive regimes and their servile media across the Middle East. If any violent act with political repercussions is made, it is always convenient to accuse Israel, to denounce its regime and consider it accountable for any similar act… and finally end the statement by saying that this act serves Israeli interests.

It is very said to witness a dynamic and young NGOs fighting for a just cause (ending occupation and Israeli encroachment on Palestinian land), such as Bil’in Popular Committee, repeating that discourse and parrotting those regimes.

Not everything can be blamed on Israeli policies (occupation and violent escalation). Isn’t there enough stuff one can rightly blame israeli occupation and violence for? Doing it systematically on things that cannot be directly attributed to israeli acts and policies only discredit legitimate accusations and denunciations!

Affirming that Juliano Mer Khamis was probably killed by the same people who had repeatedly threatened him, and denouncing the violent and intolerant groups within Palestinian society that should be held accountable for such crimes is not a sign of weakness but an important step toward strengthening Palestinian society, deepening its understanding of pluralism and diversity and liberating it from the forces of oppression (be they local or foreign).

Posted in Discourse, Israel, Journalism, Palestinians, Violence | Leave a Comment »

The tale of two sanctities: (الحقيقة (المحكمة الدولية v. (المقاومة (السلاح

Posted by worriedlebanese on 11/08/2010

I’ve been reading a lot of articles lately written by March XIV® journalists and analysts, and I’ve come to realise that their attachement to الحقيقة (the truth), is not only as strong as their Opposition® counterpart’s attachement to المقاومة (the resistance), but that it functions in exactly the same way. Underneath a rather abstract political heading lies something quite concrete that is considered as having a kind of sacred quality that cannot be questioned or opposed. In March XIV®’s case it’s the Special Tribunal for Lebanon, in the Opposition®’s case it’s Hezbollah’s weapons. Both sides argue in the same way and try to convince you that their goal is to defend Lebanon from further bloodshed. They obviously stick to principles and refuse any “practical” discussion of the matters at hand. What makes matters worse is that each argument is supported by a large communal mobilisation (that opposes the other side’s communal mobilisation and feeds on it) and that there is no autonomous or independent spaces in which these issues can be discussed (ex: the press or academia). Let’s have a quick look at each sides arguments.

Lebanon’s salvation according to March XIV®

The March XIV® supporters will argue that the Special Tribunal for Lebanon will not only establish who killed Rafik Hariri, but will punish the perpetrator(s). They insist that even if its function is punitive, its sanction will set a precedent, it will counter the previous impunity, and will thus fill a preventive function. This argument is supported by three other rhetorical constructs:

  • the hagiographical transformations of Rafik Hariri: the public figure eclipses the man, and his actions are revisited and redefined by the virtues he is made to incarnate… and the political principle he is made to embody, that of sovereignty and new “father” of the nation,
  • the Beirut Spring/Independence Intifada narrative, the March 14 demonstration brought together Lebanese citizens belonging to all communities (especially Christian, Sunni and Druze) to uphold Lebanon’s Independence and Sovereignty. It’s a sort of “birth/rebirth” of the nation.
  • the panmarteon: the common celebration of “greater” and “lessor” political figures who were killed between 1979 and 2006 (such as Kamal Jumblatt, Bachir Gemayel, Hassan Khaled, René Mouawad, Samir Kassir, Georges Haou, Gebran Tueni,)

Lebanon’s salvation according to the Opposition®

The Opposition® supporters will argue that Hezbollah embodies the principle of Resistance. Its weapons were proven crucial in liberating Lebanon from Israeli occupation, and are still necessary for the recuperation of areas still under Israeli occupation, and for dissuading Israel from attacking Lebanon. This argument is supported by three underlying rhetorical constructs:

  • the strictly defensive function of Hezbollah’s weapons: to counter exterior threats, and the only exterior threat comes from Israel. This defensive function is considered as having a protective and preventive (dissuasive) effect.
  • The resistance narrative: Hezbollah not only fights Israel, but it prevented it from annexing Southern Lebanon, eventually liberated the territory occupied by Israel, and still prevents Israel from invading and annexing parts of Lebanon.
  • The moral superiority doctrine: Hezbollah is presented as morally superior to other political parties because of the values that it allegedly incarnates: courage, sacrifice and (for some) religious orthodoxy. Its moral superiority means that it doesn’t compromise on its values and that it doesn’t sully itself in politics (patronage, corruption…).

Mistaking the wood in one’s eye for dust

Each side is very quick in attacking the other’s arguments. The March XIV® have always been much more vocal about their criticism of the Opposition®’s arguments. Their militant journalists and second rank politicians usually denounce the danger that these weapons represent (in a democracy). Some critics go further and attack the moral superiority doctrine, or the resistance narrative. Although their criticism is often justified, it often turns into verbal attacks that are not always immune from anti-shiite sentiments (rarely direct and explicit, but at times quite clearly anti-shiite and most of the times considered by Shiites as being attacks on their community symbolised and represented by Hezbollah). The Opposition is less vocal in its criticism of the March XIV® argument. It usually refrains from criticising or deconstructing the three supportive rhetorical constructs (although much can be said about them) and limits itself to denouncing the work of the Special Tribunal for Lebanon. But this rather “non-offensive” strategy is compensated by recurrent threats, accusations of treason and the actual use of force (on May 7th 2008). It is quite obvious that self-criticism is non existent. The Opposition® is always self-righteous, and March XIV pretends to be self-critical, but this is usually cosmetic and turns into a more sophisticated exercice in self-righteousness.

Posted in Discourse, Discourse Analysis, Hezbollah, Journalism, Lebanon, Pluralism, Political behaviour | 3 Comments »

وين الدولة, la rengaine de Sibylle R

Posted by worriedlebanese on 10/08/2010

Je suis tombé sur deux articles signés par Sibylle Rizk, journaliste à l’Orient-Le Jour en lisant une vieille édition du Figaro (celle du vendredi 6 août): Le Liban apprend à vivre sans Etat et La rengaine d’Abou Ali. Le premier article se présente comme une analyse de fond, un “éclairage” sur les raisons derrière le classement du Liban au 34e rang des Etats défaillants. Le second article s’ouvre sur un “portrait”, celui d’un chauffeur de service (taxi collectif), Abou Ali. Ce deuxième article nous offre, sans même le réaliser, une clef d’analyse extrêmement précieuse qui nous permet de mieux comprendre le premier. Sibylle Rizk nous apprend que Abou Ali répète continuellement “ما في دولة بهالبلد”, “Il n’y a pas d’État dans ce pays”, “C’est son expression favorite. Il la répète chaque fois que l’un de ses passagers lui raconte ses déboires”. L’ensemble de l’article est construit autour de cette expression favorite d’Abou Ali. La journaliste la prend comme illustration d’une sorte de sagesse populaire. Mais d’un point de vue analytique, on réalise bien que ce n’est qu’une rengaine, une expression creuse qui ne fache personne, une formule consensuelle qui fait l’unanimité. Elle désigne un bouc émissaire en quelque sorte abstrait, une personne morale (comme diraient les juristes), une institution désincarnée. Cette rengaine se veut comme la conclusion d’un raisonnement, mais en fait c’est une premisse. Cette expression fait figure d’une formule magique qui permet à celui qui la profère de faire l’économie de l’analyse d’un problème et de la recherche d’une solution. Cet article nous montre bien que l’usage de cette formule est le même à tous les niveaux: au niveau de la population (à travers l’exemple d’Abou Ali), au niveau des analystes (un économiste et un sociologue), au niveau des journalistes (Sibylle Risk), et même au niveau des ministres (représentés par Charbel Nahas).

Par définition, une prémisse est considérée comme évidente par elle-même. Elle ne nécessite donc aucune démonstration. Et en l’occurrence, tout dysfonctionnement (ou tous les dysfonctionnements) de l’Etat devient l’expression de son absence, et non pas le résultat de quelque défaillance structurelle ou de l’action (volontaire) de ses agents.

Sibylle Rizk se permet de titrer son article “Le Liban apprend à vivre sans Etat”, comme s’il s’agissait de l’Afghanistan. Seulement, ce titre cache une toute autre réalité. L’Etat libanais est de loin le premier acteur économique, le premier employeur, le premier assureur (avec une sécurité sociale dont une large portion de la population bénéficie), le premier éducateur (son réseau est depuis près de deux décennies le premier réseau éducatif du pays), le seule régulateur économique et bancaire, et quasiment le seul acteur public (l’Etat est structurellement extrêmement centralisé et rechigne à reconnaître toute autonomie aux institutions publiques ou à partager le pouvoir avec des autorités locales). On est bien loin d’une absence…

Faux et usage de faux

Charbel Nahas se permet de dire que “L’État comme cadre formel de gestion organisée des affaires de la population n’a cessé de reculer, que ce soit en termes de qualité des prestations ou d’emprise sur la population libanaise». Ceci est absolument faux. L’Etat n’a cessé de s’étendre depuis les années 1940 et à étendre son emprise sur des secteurs de l’économie. Les services qu’ils proposent n’ont cessé de croître. On pourrait à juste titre relever que la qualité de certains services laissent à désirer… mais on ne peut pas prétendre que son emprise sur la population a reculé! L’Etat au Liban est partout. C’est un mammouth colossal dont dépend une grande partie de la population. Et ses décisions affectent tout le monde.

Charbel Nahas surenchérit en disant «La dette publique, qui représente 150 % du PIB, est le reflet le plus éloquent de cet effritement», «Ce qui restait de l’État, à savoir sa fonction financière, a été asservi au bénéfice des groupes subétatiques que l’on appelle “communautés”». C’est également faux. La dette publique est le reflet d’une politique économique, celle des gouvernement successifs de Rafic Hariri (au temps du “mandat” syrien), et non pas «le reflet le plus éloquent de cet effritement». Et en ce qui concerne les bénéficiaires de ce soit disant “effritement”, ce ne sont pas les “communautés” qui restent au Liban des corps non organisés et non représentés (l’Etat ne leur reconnaît pas de representants politiques, mais uniquement des représentants religieux…), mais plutôt des réseaux clientélistes dont les patrons respectifs revendiquent  aujoud’hui (tout en s’en défendant) une représentation communautaire (que les institutions ne leur assure pas).

Melhem Chaoul se permet de revisiter l’histoire libanaise à partir de la prémisse “ما في دولة بهالبلد” en la déformant systématiquement. Il oublie que la France nous avait doté d’un système judiciaire aussi compétent qu’efficace, que sous le mandat de Camille Chamoun les capacités de l’Etat ont été renforcés (politique économique, politique étrangère, début de la planification et de l’expansion de l’éducatif publique), que sous Fouad Chehab il y a eu à la fois des reculs et des avancés, que sous Charles Helou l’Etat a renforcé son emprise sur plusieurs secteurs économiques (bancaire et aviation), et que même la guerre civile n’a pas empêché l’accroissement de l’Etat (surtout le secteur éducatif et l’administration publique). Dire que l’Etat Libanais est né incapable est une insulte au pays et à notre intelligence. On croirait entendre Hafez el-Assad dont le discours avait comme seul but de déligitimer le Liban.

Et puis, le pon-pon: “C’est ainsi que le pays a pu fonctionner de novembre 2006 à mai 2008 avec un Parlement bloqué qui déniait toute légitimité au gouvernement en place et que la présidence de la République est restée vacante pendant six mois”. Ceci n’est pas la preuve de l’absence de l’Etat, mais au contraire de sa solidité. Les services ont continué à fonctionner en dépit d’une crise du régime extrêmement grave… une crise du régime qui n’a pas affecté le pouvoir en dépit des blocages institutionnels (qui ont commencé avec la neutralisation du Conseil Constitutionnel et de la présidence de la République par le Quatorze Mars®, et ont été suivi par la neutralisation du Parlement et la déligitimation du gouvernement par le tandem Hezbollah-Amal). Le problème est manifestement pas celui de l’absence de l’Etat mais du comportement de ses agents (surtout les ministres, le Premier ministre et le Président de la Chambre), et de l’absence de mécanismes institutionnels correcteurs (arbitrage, dissolution, révocation…). Mais ceci pourrait fâcher quelques personnes en leur faisant assumer leur responsabilité… donc répétons en coeur: ما في دولة بهالبلد. une formule consensuelle dont l’effet est soulageant.

Posted in Culture, Discourse, Discourse Analysis, Journalism, Lebanon, Politics, Prejudice, Semantics, Version Francophone | 2 Comments »

“Eclairages” sur le premier Congrès Diasporique Druze

Posted by worriedlebanese on 20/07/2010

En lisant ce matin quatre compte-rendus sur le Congrès Diasporique Druze organisé la veille au BIEL (Solidère), j’ai eu l’impression de suivre une leçon magistrale sur les malheurs du journalisme libanais. Il s’agissait donc pour les rédactions d’informer leurs lecteurs sur la tenue d’un congrès. Ce genre d’exercice journalistique peut-être conduit de différentes manières: la reproduction des interventions orales (intégrale, résumée, ou sélectionné), l’entretien avec une ou plusieurs personnes présentes, l’analyse de la thématique et des enjeux du congrès… C’est une question de choix rédactionnel (le journaliste choisit  un angle) et de culture journalistique. Observons ces choix et la culture journalistique qu’ils reflètent.

Al-Akhbar, sous le titre “Ouverture du premier congrès diasporique druze” (افتتاح المؤتمر الاغترابي الأول للدروز) nous propose une sorte de première dépêche de l’événement. L’information est claire et succinte. Elle est issue de la grande tradition des communiqués de presse arabes dont voici le format rigide: phrase introductive qui précise que l’évènement a réuni un grand nombre de personnalités; phrase centrale qui n’est autre qu’une citation d’un homme politique (en l’occurrence, Walid Jumblatt; phrase de conclusion qui “contextualise” (généralement par rapport à d’autres déplacements de politiciens) ou “évalue” (toujours une grande réussite) l’événement. Le seul élément qui pourrait titiller la curiosité du lecteur est le segment de la présentation des personnalités présentes qui mentionne “la délégation de Sheiks Druzes des territoires de 1948” (c-à-d Israël) avec la précision qu’ils sont “arrivés au Liban il y a deux jours en traversant la Jordanie et la Syrie” pour rassurer les lecteurs qu’on est pas en présence d’un acte de collaboration avec Israël.

An-Nahar sous le titre “Joumblatt à l’ouverture du Premier Congrès Diasporique Druze: “avec la Syrie, nous avons établie la formule définitive de l’entente interne” (جنبلاط في افتتاح “المؤتمر الاغترابي الأول للموحدين الدروز”:
مع سوريا وضعنا الصيغة النهائية للتسوية الداخلية) nous livre une variante de la première formule. Elle épouse les même règles que la première mais en plus détaillée, au lieu de trois phrases, nous avons droit à trois paragraphes: un paragraphe de présentation des personnalités, un grand paragraphe d’extrait de discours (de politiciens, évidemment), et un court paragraphe de “contextualisation” ou “d’évaluation”. Notons que dans le paragraphe de présentation, le journaliste Amer Zeineddine (عامر زين الدين) nous informe de la présence “d’une délégation druze d’Arabes de Palestine [عرب فلسطين] présidée par Aouni Kneifess” et lui concède un petit extrait de son allocution.

Le compte-rendu du journal As-Safir reprend la même formule “extensive” qu’An-Nahar sous un titre similaire  “Joumblatt à l’ouverture du premier Congrès Diasporique Druze: Nous sommes l’avant-garde de la voie arabe … Et les instants d’errance sont du passé” (جنبـلاط فـي افتتـاح المؤتمـر الاغترابي الدرزي الأول: نحن طليعة الخط العربـي… ولحظات التخلي انتهت). L’article de Jaafar Antari se distingue par un témoigne sur les interrogations et la speculation autour des résultats escompté de ce congrès: aboutira-t-il au “rassemblement des Druzes du Liban et de l’étranger” ou se contentera-t-il d’être “une plate-forme pour des déclarations politiques”? Evidemment, l’article ne propose aucun élément de réponse, mais il fait passer un commentaire sur la délégation druze “en provenance de la Palestine occupée” (circonlocution de circonstance), “arrivée au Liban via la Syrie” (gage de respectabilité). Le journaliste note en passant que la table à laquelle était placée la délégation est devenu le centre d’intérêt de la soirée et qu’elle a attiré vers elle à plusieurs reprises Walid Jumblatt qui venait par moment pour la féliciter et par moment pour la rassurer. Ce genre de phrase est dans le style journalistique libanais une invitation “à lire entre les lignes”, pratique qui au lieu d’informer ne fait que confirmer les préjugés du lecteur initié. Pour un article plus intéressant sur la dynamique

Mais le pompon revient à l’Orient-Le Jour avec l’article intitulé “Les druzes d’Israël parviennent à briser le blocus en venant au Liban“, franchit allègrement la complaisance de ses confrère et verse dans la propagande de style héroïque. Au lieu de quelques circonlocution politiquement correcte, la rédaction journal préfère l’emphase avec un désintérêt total pour la réalité décrite. Le titre annonce la couleur: Il parle de blocus, alors que ce qui empêche la visite de cette délégation druze sont deux lois identiques de part et d’autre de la frontière libano-israélienne: les deux pays interdisent le voyage de leurs citoyens vers un pays ennemi et interdisent aux citoyens de l’autre pays de se rendre dans leur pays. Donc en principe, ces dignitaires n’ont pas seulement “bravé l’interdit des autorités israéliennes”, mais également la loi libanaise. Mais on peut noter qu’il existe une exception à cette interdiction légale, et elle touche les hommes de religions: ceux-ci peuvent faire ce déplacement sans trop d’encombres… Et il le font. Les synodes maronites, arméniens et grecs-catholiques comprennent souvent des prêtres venus d’Israël (qui d’ailleurs sont parfois de nationalité libanaise). D’ailleurs, ce n’est pas la premières fois que des dignitaires Druzes de nationalité israélienne se rendent au Liban, ce n’est donc pas “une première”. Comme les trois autres journaux libanais, rien n’est dit sur la particularité des Druzes israéliens et de leur rapport avec l’Etat d’Israël, autre qu’une allusion de Walid Joumblatt sur “le courage” de cette délégation dont les membres ont “refusé de s’enrôler dans le service militaire obligatoire en Israël”. Allégation qui au demeurant reste à vérifier…

Posted in Communication, Discourse, Discourse Analysis, Israel, Journalism, Lebanon, Semantics, Version Francophone | Leave a Comment »

A look into Walid Jumblatt’s ideological bomb

Posted by worriedlebanese on 16/06/2010

A tribute to Kamal Jumblatt in the camp of Mieh-Mieh

I’ve been listening to the news and reading newspapers for the past day and haven’t found any account on the amendments of the Lebanese laws that were proposed  by Walid Jumblatt’s bloc: I finally found a mention of them in tuesday’s edition of the Akhbar daily. Interestingly enough, the amendements seem to have slipped out of the public debate. The news outlets are insisting on another issues, the cross-partisan communal vote: most Christian MPs choose to postpone the amendments while most Muslim MPs wanted to vote the amendments immediately.

Here’s a list of the 4 bills Walid Jumblatt, Alaeddine Terro and Elie Aoun submitted to the parliament following the “double urgency” procedure:

Amendment of the law on real estate acquisition by non-Lebanese (property ownership)
Amendment of article 79 of the Lebanese labor law (the right of litigation in cases of labour disputes)
Amendment of article 59 of the Labour Code (opening the labour market)
Amendment of article 9 of the Social Security Act (to allow Palestinians to take advantage of the Lebanese social security)

Posted in Journalism, Lebanon, Palestinians | Leave a Comment »

Back to Back: the Helen Thomas affair

Posted by worriedlebanese on 11/06/2010

You’ve undoubtedly heard what happened to Helen Thomas! She resigned after making a comment on Jews having to go back to Poland and Germany. In case you haven’t heard the story, here’s the video that started an avalanche of reactions in cyberspace with some extolling her as a martyr of the jewish lobby, and others congratulating themselves for debunking an antisemite (or even a nazi) and applauding her disgrace.

All this started in Washington DC, so why is it relevant to us, Lebanese? Well, Helen Thomas’s family hails from Lebanon… But that never brought Helen Thomas any attention in Lebanon. So how can one explain all the attention she got in our media? Let’s see what three editorialists have to say about it:

Michael Young, “Arabs shouldn’t weep for Helen Thomas“, Daily Star (june 10th): ” It’s never pleasant to see someone self-destruct”. The argument that “she was pushed out of her job because of criticism from the ‘Jewish lobby’” is “nonsense. The condemnation was universal, and rightly so”. The editorial focuses on Helen Thomas’ words: “They should go home” to “Poland, Germany, America and everywhere else”. He looks into their significance in an American, Jewish and Arab context.
Michael Young makes it clear that he is no fan of Helen Thomas, and he obviously has scores to settle with her for her adamant opposition to the neo-con worldview he shares with the previous American administration. His arguments are familiar to all pro-peace activists. But he never states the obvious, how hypersensitive the US is to anything that touches Jews/Israel. Had Helen Thomas said something similar about the chinese of Malaysia for instance, we probably wouldn’t have heard anything about it.

Badr al-Ibrahim, “Helen Thomas, the voice that cries in the wilderness of America” (in Arabic), al-Akhbar (june 10th): “When it comes to Israel, freedom of expression becomes a sin for which one is reprimanded”. The editorial focuses on “censorship”: “Free media is a slave to a corrupt political ideology, and it suffers in this case from the same ails than the media in the « Unfree world »: double standard, partiality, deviation from objectivity, and a rejection of intellectual diversity, as well as actively helping the government suppress opinions, criminalise them and force “expiation” on those who express them”.
Badr al-Ibrahim is far from convincing. Comparing the freedom of expression that is enjoyed in the US to the one that is prevalent in the Middle East is simply preposterous. Every society has “its issues” and can be hypersensitive when they are discussed. But that has nothing to do with state censorship, and is not always related to the existence of a lobby.

For more details about what happened, check out Hicham Hamza, The Helen Thomas Affair (in French), Oumma (June 9th) for whom Helen Thomas “resigned herself to leaving office because of the uproar caused by her radical critique of the State of Israel. Back on the underside of a timely political-mediatic diversion”. In his view, the affair is “a degression designed to divert the attention of the American public from the real issues of the Israeli-Palestinian crisis”, and he presents all the info he gathered in this perspective.
Sure, some people have pushed that issue as a divergence mechanism. But this doesn’t explain everything. Helen Thomas did say what she said, and it wasn’t even accurate (most Israeli Jews do not come from Poland and Germany, a larger number comes from the Middle East and North Africa). And this would have hit the cyberspace sooner or later making the same splash.

Posted in Blogosphere, Communication, Conspiracy, Culture, Discourse, Israel, Journalism, Lebanon | 9 Comments »

Rendez-nous Michel!!!

Posted by worriedlebanese on 10/06/2010

Photo de MHG

Une envie me prend depuis hier soir: Monter une opération comando et libérer Michel. Lancer une campagne pour l’arracher aux Sélim Abou, Samir Frangieh, Fares Soueid, Patrick Laurent et autres personnalités publiques qui ont su reconnaître sa valeur et se l’ont accaparé. Je voudrais retrouver le Michel que j’ai connu et qui parfois transparaît derrière MHG, la figure publique quatorzemarsisée et quatorzemarsiste.

Dans un Liban virtuel, celui où toutes les énergies créatives et tous les talents sont libérés, un “Second Lebanon”, j’aurai aimé écrire un article laudateur intitulé “Michel Hajji Georgiou, ou l’itinéraire d’un journaliste engagé”. Mais ce mot “engagé” me reste au travers de la gorge. Car nous sommes bien loin de ce Liban virtuel. Ici la majorité des talents sont captifs ou récupérés. Les énergies sont bridées ou canalisées. Lorsqu’on est engagé, c’est toujours dans un combat politique réduit à son sens le plus politicien, dans une arène politique habitée par des égos surdimensionnés où la médiocrité côtoie une intelligence prédatrice et ravageuse.

Ma critique m’a déjà fait perdre son amitié. J’ai l’impression d’assassiner aujourd’hui un espoir, celui de pouvoir regagner son amitié. Mais c’est la douleur qui me pousse à écrire ces lignes. La douleur et la nostalgie, celle de voir une personne que je respecte pour son coeur, son cerveau et son esprit, une personne que j’aime et j’apprécie disparaître sous le masque d’une personnalité publique qui le trahit.

Le meilleur signe de cette trahison, de cette captivité est le manichéisme qui se dégage de ces articles, un manichéisme mêlé de mépris. Et il n’y a rien de plus dangereux pour une personne qui entend observer le monde que le mépris. C’est une lorgnette qui déforme tout à son passage. En fait, elle empêche l’observation et la remplace par la réflexion d’un préjugé, d’un pré-jugement, d’un soi tout aussi déformé que l’autre qu’on est censé observer. Observons le ravage, et commençons par une petite analyse lexicale de l’article d’hier: Placebo pour complexes existentiels.

Je ne parlerai pas de l’image de soi qui se dégage de cet article. C’est bien simple, prenez un dictionnaire des antonymes et retrouvez tous les qualificatifs employés pour décrire l’autre. Et vous verrez que ce travail d’opposition est soit explicite soit implicite.  Regardons plutôt le champ lexical associé à l’autre, le radicalement différent de soi, l’opposé avec lequel il est impossible de communiquer: les “boycotteurs d’Israël” (ces guillemets sont de MHG, mais pas ceux qui suivront). Voici les mots utilisés pour les décrire: “complexés”, “insondables stupidité”, “impuissances”, “haine”, “foule endoctrinée, biberonnée aux obscurantismes”, en mal de reconnaissance, qui lancent un “florilège d’accusations stupides, de slogans imbéciles, de diabolisations mesquines”, qui cherchent un “bouc émissaire”, et s’adonnent à la “liberté d’interdire”; des “satanés chenapans” qui nous servent “leurs tournures les plus fielleuses”, des “aveuglés” qui ont l’habitude de recourir “à la violence morale ou physique pour obtenir gain de cause”, des personnes victimes d’une “cécité intellectuelle” que “quelques exaltés […] ont convaincus, à travers les années, que la vérité était au bout du fusil et que la censure était la solution à tout”. Cette phrase est intéressante parce qu’elle explicite deux idées qui sous-tendent le texte: L’appel au boycott est assimilé à une interdiction et à une censure (Une campagne civile est assimilée à la décision d’un pouvoir politique) Et la condamnation (ou le procès) est double; on peut le subdiviser l’autre en deux catégories, une masse endoctrinée et une élite (le Hezbollah). N’oublions pas que MHG et les autres éditorialistes de l’Orient qualifient régulièrement “l’Opposition”(qui n’en est pas une) de fasciste. Et donc nul besoin d’observer cet autre, on peut le juger à partir de l’idée qu’on a de lui (un peu comme l’erreur d’Aristote sur le nombre de pattes qu’ont les mouches, reprises pendant deux millénaires par des naturalistes qui n’ont même pas pris le temps d’observer ces créatures qui pourtant les entourent).

(à suivre… je dois me mettre au travail)

Posted in Culture, Journalism, Lebanon, Personal, Semantics, Version Francophone | Tagged: | Leave a Comment »

A Placebo storm in a teacup

Posted by worriedlebanese on 10/06/2010

What I find most deplorable in the “Placebo affair” is the fact that it spawned a useless amount of opinion papers.  The concert took place yesterday without any problem, showing that there is a difference between “calling for a boycott” and “censorship”. But this did not prevented the Lebanese “French-speaking daily” to continue to publish editorials on this “affaire” (read Fifi Abou Dib’s take on it published today: Epineuses et cactées).

There is something decidedly quixotic in this fight against “the furies trying to slowly kill the Lebanese cultural scene”, and this call for “cultural resistance” (two closing lines of MHG’s article yesterday). Don’t people find something remotely ridiculous in describing an the cultural consumption (of a foreign product) an act of CULTURAL RESISTANCE?!

If only the newspaper had the sens to interview Brian Molko or reproduce his interview. As Lotus Weinstock used to say, “I used to want to change the world . Now I just want to leave the room with a little dignity”. I wish L’Orient-Le Jour  took a couple of minutes to ponder on that thought.

Posted in Civil Society, Communication, Discourse, Journalism, Lebanon, Prejudice | Tagged: , | 3 Comments »

Placebo paradoxal… ça marche sans qu’on y croit.

Posted by worriedlebanese on 09/06/2010

Se plaindre est un droit fondamental! C’est au moins ce que nous enseigne L’Orient-Le Jour. Et se plaindre est rarement un plaisir solitaire. Des journalistes ont découvert qu’à deux ou à trois voix, c’est mieux! Après l’humour à répétition, le “quotidien libanais d’expression française” invente l’humeur à répétition. Comme à son habitude, l’Orient-Le Jour laisse ses éditorialistes se plaindre des même choses, de la même façon. C’est comme ça que le journal entend la liberté de presse. L’objet de la grogne de cette semaine: La campagne de boycottage du concert de Placebo. En écrivant ces lignes, je me demande si Misères Francophones m’a devancé sur le sujet. Je vérifie. Non. Pas encore. Ouf.

Retournons à l’Orient Le Jour, le quotidien où les articles se suivent et se ressemblent. Hier, nous avons eu droit à l’article de Ziyad Makhoul, “L’effet Placebo (sur l’intelligence de certains Libanais…” (3613 signes avec photo), aujourd’hui à celui de Michel Hajji Georgiou, “Placebo pour complexes existentiels” (7956, sans photo mais avec citation d’Einstein). Le premier article se veut informatif. Il nous présente les groupes qui appellent au boycott (Lebanese Campaign to Boycott Zionism, les jeunes de Harket el-Shaab, ainsi qu’un “un allumé, néanmoins avocat de son état et fils d’un ancien député”… évidemment pas nommé, pour plaire aux amateurs du journalisme par allusion), nous présente succintement leur argument (il ne faut pas interagir avec Israel). Et puis, l’éditorialiste se transforme en porte parole du groupe tout en laissant sa griffe (en traitant les boycotteurs de fascistes).

Michel Hajji Georgiou se livre à une analyse beaucoup plus profonde avec les qualités qui le distinguent (intelligence, culture et subtilité). Malheureusement, il est immédiatement rattrapé par son militantisme. Quelque chose dans la citation qu’il a utilisé m’a fait tiqué. Et m’a lancé dans une bataille de citations. Je commence par celle qu’il a utilisé et je la fais suivre par deux autres auxquelles elle m’a fait penser:

  • Einstein: Deux choses sont infinies: l’Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue.
  • Descartes: L’intelligence, c’est la chose la mieux répartie chez les hommes parce que, quoiqu’il en soit pourvu, il a toujours l’impression d’en avoir assez, vu que c’est avec ça qu’il juge”.
  • Hobbes: Although almost all men think they have more intelligence than all other men, this is not really true. For it is the nature of men that even though they may acknowledge many others to be more witty, or more eloquent or more learned, yet they will not believe there be any so wise as themselves; for they see their own wit easily, and other men’s at a distance. But this proves rather that men are in that point equal, than unequal. For there is not ordinarily a greater sign of the equal distribution of anything than that every man is satisfied with his share…

Bon. Ressaisissons-nous. Passons à l’articulation centrale de l’article. Comme dans Star Wars, il s’agit d’un combat entre les forces du mal et les forces du bien. Les premières se distinguent par leur violence et leur bêtise mortifères; et les secondes par la résistance culturelle qu’elles opposent aux premières. Vous aurez reconnu là la pensée de Sélim Abou s.j. qui du temps du mandat syrien livrait un combat solitaire contre la puissance mandataire et ses satrapes (aux chemises réversibles).

(à suivre)

Posted in Discourse, Journalism, Lebanon, Prejudice, Semantics, Version Francophone | 6 Comments »

Mavi Marmara revisited

Posted by worriedlebanese on 05/06/2010

I’ll try to spill a couple of thoughts that have been whirling around in my mind.

Yes, sure, the Israeli commando was attacked on the Mavi Marmara. A quick look at the organisation behind the protest gives you a clear idea that you were not dealing with your ordinary “peace activists”. These people were here on a mission: Break the blockade, get through to Gaza whatever the cost!  And yeah, many seem to have an islamist background and amongst them there seems to have been several disreputable characters. But Israeli Intelligence knew all about those people and the organisation behind them since their departure from Turkey. Both sides knew that there was going to be a clash. It was expected. But that certainly doesn’t explain or justify the bloodbath.

Now let’s look at the dynamic the Mavi Marmara affaire triggered. One finds three types of media coverage, and one can fairly say that they were all biased, and their approach was teleological.

  • The pro-Israeli media was interested in whitewashing the Israeli army and justifying Israeli policy. And it used all the usual techniques: an agressive smear campaign against the victims of the raid, and a substitution of victimhood (the soldiers were presented as the victims). The only problem with this “defense” line was that it could only convince those who were ready to be convinced. Those who are not die hard supporters of the Israeli government and its policies could easily see the loopholes in that presentation and the manipulation of information. Watching some footage and comments reminded me of Alan Dershowitz’s The Case for Israel. Another interesting twist is that the pro-Israeli arguments left the Palestinians out of the picture (as they usually do). It wasn’t about Gaza (that is always cynically presented as ok as long as it is not starving). It was about Israel vs Turkey (which is a rather melodramatic approach, knowing that  the military alliance is still secure, no Ambassadors were called back or off…).

  • The anti-Israeli media was interested in celebrating the victimhood of the injured and the killed while denouncing the brutality of Israel. Everything that didn’t fit that picture was discarded… The activists on the Flotilla were shown as heroes not because of their own deeds (ex: they fought Israel), but through their victimhood and their courage in facing a brutish enemy. They didn’t speak of the militants fighting the commando. They did not insist on the psychological dimension or emotions (fear, panic…), as did the pro-Israel media. The anti-Israeli media was so focused on being anti-Israeli that it even repackaged the objectives of the flotilla: they became more anti-Israeli than pro-Palestinian. Actually, Palestinians were left out of the picture. It was more about “we” vs Israel.
  • Then we have the “neutral” media, mostly western (think BBC for instance) with its very ambiguous respons to the events. Probably because it was being (too) actively fed by both sides. The pro-Israel groups were working on the narrative : reframing the events, shedding a different light on the different actors of this drama, feeding the media “information” in an orderly way (even if the “info” was inaccurate). Pure Hasbara. The pro-Palestinian groups were also extremely active, but as usual, they focused on the emotional side. Instead of expanding the narrative, they reduced it to its most emotional content: they shot and killed us. Instead of insisting on the flaws of the Israeli argument, with its specific framing of the events, they repeated their mantra without backing it with more arguments. What the “neutral” media tried to do was denounce the outcome of the raid but it showed its discomfort with the identity of the protestors who were injured and killed, reminding the listeners/viewers that they were islamists.

    To sum things up, the “Mavi Marmara operation” highlights two important elements in the Palestinian/Israeli conflict. One one side we have a country and a society that is becoming increasingly cynical and unapologetic with the violence it shows towards anyone non-Jewish. This has become quite apparent for most people except a majority of Israelis. On the other side we have a Pro-Palestinian movement that is growing more and more strikingly heterogenous, and its most vocal, recognisable and effective components are islamist (moderate as in this case, or radical as in the case of Hamas and Hezbollah). This dynamic is affecting the whole movement, making some people within it increasingly uncomfortable, and shifting the focus from “pro-Palestinian” to “anti-Israeli”, a shift that is both damaging to the movement and to the dynamics of the Palestinian/Israeli conflict.

    Posted in Communication, Discourse, Israel, Journalism, Palestinian territories, Palestinians, Prejudice, Turkey, Values, Violence | 13 Comments »

    Censorship… consensual style

    Posted by worriedlebanese on 31/03/2010

    Randa Chahal Sabbag’s film “The Kite” was finally withdrawn from NTV’s program yesterday following political pressure and threats made against the TV channel’s director M. Tahsin Khayat. This is not the first time the Lebanese Public is deprived from viewing a film directed by deceased Lebanese film director Randa Chahal Sabbag. A previous film she had directed was banned from Lebanon unless the director re-edit it and cut out 40 minutes, something she obviously refused to do.

    Calling a spade any other name
    What is interesting is to see how the news of this censorship was reported by the Lebanese Press. L’Orient-Le Jour for instance didn’t speak of censorship when reporting on the matter. They based their short article on the press release issues conjointly by Walid Arslan-Jumblatt and Talal Jumblatt-Arslan: quoting it extensively and using its terminology. Instead of using the word “censorship” or “cancellation” or “de-programming”, they used  the words “postponement”, and instead of insisting on the policial and communal dimension behind this censorship, the Lebanese French-speaking daily quoted the justification given by the Arslan-Jumblat duo: the respect of the “sensitivities that might arise in some religious circles”.
    L’Orient-Le Jour published the statement and then very euphemistically put it in context: “The statement followed hostile demonstrations held near the residence of the owner of the chain Tahsin Khayat, and near the headquarters of the TV-station in Wata Mousseitbe”. There is no information on the number of people that participated in these demonstrations, and no comment that the larger demonstration was in front of the owner’s house in Doha (an affluent suburb that was formally controlled by the Druze militia in the territory it had carved for itself). Why demonstrate in front of his home? why make this issue personal and threatening? The word “hostile” is used to replace the language of the demonstrators. The article doesn’t mention what did they actually said. Only the words of the communal leaders are seen worthy of publishing. Nothing is said about the threats that were made (of arson, among many).

    Deference to politicians: Hush Hush, let the politicians speak
    The most striking feature of this information is the press release that the paper conscienciously published. What is striking is its Orwellian style. It goes well beyond newspeak and claims the opposite of what was actually done: It rejects the principle of censorship! Here is the last part of the release: “MPs Walid Jumblatt and Talal Arslan reaffirm their commitment to freedom of information that remains one of the pillars of democracy in Lebanon, and rejected again all that is likely to undermine this principle, they also reaffirm the freedom of media to disseminate the film and arts in the manner they deem appropriate”.

    Censorship… a summary
    The last few years, several of l’Orient-Le Jour’s editorialists ranted against two acts of censorship, one by Hezbollah (when its news programme objected against the invitation of Jewish comedian Gad el-Maleh for his alleged ties with Tsahal) and one by the censorship division of the Ministry of Interior (against the film Persepolis). For weeks you had articles and opinion papers that decried “cultural censorship”, “authoritarianism” etc. But not in this case. Why? Because the fight was never against censorship or for the freedom of expression. It was simply an excuse to attack a political party (Hezbollah) or “axis” (Syrian-Iranian). And this illustrates quite well the role journalists and the media have taken for themselves: not that of a 4th estate, participating in the balance of power meant to widen public and private liberties, but that of a political (and geo-political) player.
    This type of censorship also show the meaning it has in Lebanon. It’s not about preventing people of seing something. People have access to satellite, the internet and pirated copied that escape all censorship. I personally saw “The Kite” in Lebanon through cable television, and also bought an Israeli by Elia Suleiman in Beirut’s flee market. Censorship is about carving a place in the public space. It’s about asserting a political side’s power over this public space and confirming its quality of representative of a group and its interests.

    Posted in Civil Society, Culture, Discourse, Journalism, Lebanon, Semantics | Leave a Comment »

    Father Zahlawi’s take on East vs West

    Posted by worriedlebanese on 30/03/2010

    I came across the “open letter” of Elias Zahlawi addressed to the pope a couple of days ago, and decided to react to it today on the site I found it on. Here is a reproduction of my comment.

    A short critique of F. Elias al-Zahlawi’s open letter.

    Thanks to Adib S. Kawar and Mary Rizzo for sharing this article with us, and for taking the time to translate it, making it available to a larger audience, one larger than the originally intended or expected from its author. It is precisely because of this widening of its audience that I believe some elements should be thrown into the discussion.

    F. Elias Zahlawi’s letter belongs to a particular literary style, that of the “open letter”. This journalistic genre is typically ambivalent surrounding its addressee. It has an epistolary addressee (one that the open letter is addressed to) and an actual audience (the one that has access to the support it was published on).

    It’s often quite legitimate to ask oneself to whom it was actually written. This question is crucial because the meaning of this act of communication can only be fully understood if one looks at all its actors, the active one(s) (i.e. the emitter) and the passive one(s) (i.e. the recipients). With Father Zahlawi’s “open letter”, the answer is quite easy, and one can deduce that from the style of the letter and its arguments: the letter is intended for its (Syrian and Arab) audience.

    One expects a letter from a catholic priest to the Pope to bear a particular language and tone. One would also expect the text to limit itself to presenting and explaining the motivating behind this subordinate’s criticism of the Pope’s policy, acts or speeches. These elements are quickly dealt away with because F. Elias Zahlawi is not here to convince the Pope of anything. He is not publishing a letter intended to the Pope, but writing an editorial to present to his Syrian/Arab audience his adherence to a specific political stand and geopolitical vision, one that is incidentally shared by most editorials in this part of the world. This explains why the doctrinal and pastoral arguments are so extremely weak and sparse. They are completely manipulated to serve the geopolitical argument and perspective advanced by the author. This just another opinion piece, identical in many ways to many opinion papers published in the Arab press in its language, arguments and references. Its “epistolary” style is just a literary tactic that actually flatters the author (by parading a kind of bravado) and confirms his ethnic narrative: that of a binary world divided between West and East, the powerful and the powerless, the oppressors and the oppressed, the rich and the poor. In this binary world, the author faces two challenges that contradict his strict division. Two elements do not fit in the mutually exclusive categories he defends:

    1. F. Zahlawi is Christian (and Catholic), a religion identified with the West (the powerful, the oppressor, the wealthy). This is why he insists on presenting himself as an Arab priest, putting forward an ethnic identity (based on language, culture and an alleged common ancestry) and throughout his article he stresses the divide between him and the Pope who he portrays as belonging to the West, the powerful, the wealthy… So his open letter actually reinforces this divide and shows quite clearly his identity politics and the ethnic strategy he is defending (and which are expected from a person belonging to a vulnerable minority).
    2. The region faces a rather powerful and destructive force that is not “western” but Islamist. Here again, the binary divide is upset. But Father Elias Zahlawi finds a way around this. He considers Islamic groups as a creation of the west and of violence carried in the name of Islam as a reaction to the West’s policy. This re-establishes his binary divide between the West (to which he conflates Judaism and Israel) and the East (that is composed of Muslims and Christians united by their alleged Arab identity).

    What is missing from this opinion paper

    Well, the editorialist in black dress doesn’t really address what motivated his “open letter”, the Pope’s call for a special assembly of the Synod of Bishops on “The Catholic Church in the Middle East: Communion and Witness” that is to take place in October this year (from the 10 to the 24th). He doesn’t say anything about the catholic church and catholics in the Middle East. He doesn’t speak of the challenges they face or address their current plight (drop of 20% to 70% depending on the country, inertia and difficulties in the ecumenical dialogue with orthodox, protestant and non-chalcedonian churches…). He says more about the plight of American natives and Palestinians than about Oriental christians (that he actually hardly mentions). Why?

    Probably because such a synod rejects the binary divisions his worldview is based on, and because he probably perceives such a synod as being divisive; It might tackle some issues in their full complexity instead of the simple terms he defends. So he answers its call with a kind of “preemptive strike” one that doesn’t really strike its opponent but comforts its supporters in their certainties.

    Posted in Discourse, Discourse Analysis, Identity, Intercommunal affairs, Israel, Journalism, Levantine Christians, Middle East, Palestinians | Leave a Comment »