Worried Lebanese

thought crumbs on lebanese and middle eastern politics

Archive for August, 2010

The tale of two sanctities: (الحقيقة (المحكمة الدولية v. (المقاومة (السلاح

Posted by worriedlebanese on 11/08/2010

I’ve been reading a lot of articles lately written by March XIV® journalists and analysts, and I’ve come to realise that their attachement to الحقيقة (the truth), is not only as strong as their Opposition® counterpart’s attachement to المقاومة (the resistance), but that it functions in exactly the same way. Underneath a rather abstract political heading lies something quite concrete that is considered as having a kind of sacred quality that cannot be questioned or opposed. In March XIV®’s case it’s the Special Tribunal for Lebanon, in the Opposition®’s case it’s Hezbollah’s weapons. Both sides argue in the same way and try to convince you that their goal is to defend Lebanon from further bloodshed. They obviously stick to principles and refuse any “practical” discussion of the matters at hand. What makes matters worse is that each argument is supported by a large communal mobilisation (that opposes the other side’s communal mobilisation and feeds on it) and that there is no autonomous or independent spaces in which these issues can be discussed (ex: the press or academia). Let’s have a quick look at each sides arguments.

Lebanon’s salvation according to March XIV®

The March XIV® supporters will argue that the Special Tribunal for Lebanon will not only establish who killed Rafik Hariri, but will punish the perpetrator(s). They insist that even if its function is punitive, its sanction will set a precedent, it will counter the previous impunity, and will thus fill a preventive function. This argument is supported by three other rhetorical constructs:

  • the hagiographical transformations of Rafik Hariri: the public figure eclipses the man, and his actions are revisited and redefined by the virtues he is made to incarnate… and the political principle he is made to embody, that of sovereignty and new “father” of the nation,
  • the Beirut Spring/Independence Intifada narrative, the March 14 demonstration brought together Lebanese citizens belonging to all communities (especially Christian, Sunni and Druze) to uphold Lebanon’s Independence and Sovereignty. It’s a sort of “birth/rebirth” of the nation.
  • the panmarteon: the common celebration of “greater” and “lessor” political figures who were killed between 1979 and 2006 (such as Kamal Jumblatt, Bachir Gemayel, Hassan Khaled, René Mouawad, Samir Kassir, Georges Haou, Gebran Tueni,)

Lebanon’s salvation according to the Opposition®

The Opposition® supporters will argue that Hezbollah embodies the principle of Resistance. Its weapons were proven crucial in liberating Lebanon from Israeli occupation, and are still necessary for the recuperation of areas still under Israeli occupation, and for dissuading Israel from attacking Lebanon. This argument is supported by three underlying rhetorical constructs:

  • the strictly defensive function of Hezbollah’s weapons: to counter exterior threats, and the only exterior threat comes from Israel. This defensive function is considered as having a protective and preventive (dissuasive) effect.
  • The resistance narrative: Hezbollah not only fights Israel, but it prevented it from annexing Southern Lebanon, eventually liberated the territory occupied by Israel, and still prevents Israel from invading and annexing parts of Lebanon.
  • The moral superiority doctrine: Hezbollah is presented as morally superior to other political parties because of the values that it allegedly incarnates: courage, sacrifice and (for some) religious orthodoxy. Its moral superiority means that it doesn’t compromise on its values and that it doesn’t sully itself in politics (patronage, corruption…).

Mistaking the wood in one’s eye for dust

Each side is very quick in attacking the other’s arguments. The March XIV® have always been much more vocal about their criticism of the Opposition®’s arguments. Their militant journalists and second rank politicians usually denounce the danger that these weapons represent (in a democracy). Some critics go further and attack the moral superiority doctrine, or the resistance narrative. Although their criticism is often justified, it often turns into verbal attacks that are not always immune from anti-shiite sentiments (rarely direct and explicit, but at times quite clearly anti-shiite and most of the times considered by Shiites as being attacks on their community symbolised and represented by Hezbollah). The Opposition is less vocal in its criticism of the March XIV® argument. It usually refrains from criticising or deconstructing the three supportive rhetorical constructs (although much can be said about them) and limits itself to denouncing the work of the Special Tribunal for Lebanon. But this rather “non-offensive” strategy is compensated by recurrent threats, accusations of treason and the actual use of force (on May 7th 2008). It is quite obvious that self-criticism is non existent. The Opposition® is always self-righteous, and March XIV pretends to be self-critical, but this is usually cosmetic and turns into a more sophisticated exercice in self-righteousness.

Posted in Discourse, Discourse Analysis, Hezbollah, Journalism, Lebanon, Pluralism, Political behaviour | 3 Comments »

Season’s greetings: رمضان كريم

Posted by worriedlebanese on 11/08/2010

Posted in Islam, Personal, Religion | Leave a Comment »

وين الدولة, la rengaine de Sibylle R

Posted by worriedlebanese on 10/08/2010

Je suis tombé sur deux articles signés par Sibylle Rizk, journaliste à l’Orient-Le Jour en lisant une vieille édition du Figaro (celle du vendredi 6 août): Le Liban apprend à vivre sans Etat et La rengaine d’Abou Ali. Le premier article se présente comme une analyse de fond, un “éclairage” sur les raisons derrière le classement du Liban au 34e rang des Etats défaillants. Le second article s’ouvre sur un “portrait”, celui d’un chauffeur de service (taxi collectif), Abou Ali. Ce deuxième article nous offre, sans même le réaliser, une clef d’analyse extrêmement précieuse qui nous permet de mieux comprendre le premier. Sibylle Rizk nous apprend que Abou Ali répète continuellement “ما في دولة بهالبلد”, “Il n’y a pas d’État dans ce pays”, “C’est son expression favorite. Il la répète chaque fois que l’un de ses passagers lui raconte ses déboires”. L’ensemble de l’article est construit autour de cette expression favorite d’Abou Ali. La journaliste la prend comme illustration d’une sorte de sagesse populaire. Mais d’un point de vue analytique, on réalise bien que ce n’est qu’une rengaine, une expression creuse qui ne fache personne, une formule consensuelle qui fait l’unanimité. Elle désigne un bouc émissaire en quelque sorte abstrait, une personne morale (comme diraient les juristes), une institution désincarnée. Cette rengaine se veut comme la conclusion d’un raisonnement, mais en fait c’est une premisse. Cette expression fait figure d’une formule magique qui permet à celui qui la profère de faire l’économie de l’analyse d’un problème et de la recherche d’une solution. Cet article nous montre bien que l’usage de cette formule est le même à tous les niveaux: au niveau de la population (à travers l’exemple d’Abou Ali), au niveau des analystes (un économiste et un sociologue), au niveau des journalistes (Sibylle Risk), et même au niveau des ministres (représentés par Charbel Nahas).

Par définition, une prémisse est considérée comme évidente par elle-même. Elle ne nécessite donc aucune démonstration. Et en l’occurrence, tout dysfonctionnement (ou tous les dysfonctionnements) de l’Etat devient l’expression de son absence, et non pas le résultat de quelque défaillance structurelle ou de l’action (volontaire) de ses agents.

Sibylle Rizk se permet de titrer son article “Le Liban apprend à vivre sans Etat”, comme s’il s’agissait de l’Afghanistan. Seulement, ce titre cache une toute autre réalité. L’Etat libanais est de loin le premier acteur économique, le premier employeur, le premier assureur (avec une sécurité sociale dont une large portion de la population bénéficie), le premier éducateur (son réseau est depuis près de deux décennies le premier réseau éducatif du pays), le seule régulateur économique et bancaire, et quasiment le seul acteur public (l’Etat est structurellement extrêmement centralisé et rechigne à reconnaître toute autonomie aux institutions publiques ou à partager le pouvoir avec des autorités locales). On est bien loin d’une absence…

Faux et usage de faux

Charbel Nahas se permet de dire que “L’État comme cadre formel de gestion organisée des affaires de la population n’a cessé de reculer, que ce soit en termes de qualité des prestations ou d’emprise sur la population libanaise». Ceci est absolument faux. L’Etat n’a cessé de s’étendre depuis les années 1940 et à étendre son emprise sur des secteurs de l’économie. Les services qu’ils proposent n’ont cessé de croître. On pourrait à juste titre relever que la qualité de certains services laissent à désirer… mais on ne peut pas prétendre que son emprise sur la population a reculé! L’Etat au Liban est partout. C’est un mammouth colossal dont dépend une grande partie de la population. Et ses décisions affectent tout le monde.

Charbel Nahas surenchérit en disant «La dette publique, qui représente 150 % du PIB, est le reflet le plus éloquent de cet effritement», «Ce qui restait de l’État, à savoir sa fonction financière, a été asservi au bénéfice des groupes subétatiques que l’on appelle “communautés”». C’est également faux. La dette publique est le reflet d’une politique économique, celle des gouvernement successifs de Rafic Hariri (au temps du “mandat” syrien), et non pas «le reflet le plus éloquent de cet effritement». Et en ce qui concerne les bénéficiaires de ce soit disant “effritement”, ce ne sont pas les “communautés” qui restent au Liban des corps non organisés et non représentés (l’Etat ne leur reconnaît pas de representants politiques, mais uniquement des représentants religieux…), mais plutôt des réseaux clientélistes dont les patrons respectifs revendiquent  aujoud’hui (tout en s’en défendant) une représentation communautaire (que les institutions ne leur assure pas).

Melhem Chaoul se permet de revisiter l’histoire libanaise à partir de la prémisse “ما في دولة بهالبلد” en la déformant systématiquement. Il oublie que la France nous avait doté d’un système judiciaire aussi compétent qu’efficace, que sous le mandat de Camille Chamoun les capacités de l’Etat ont été renforcés (politique économique, politique étrangère, début de la planification et de l’expansion de l’éducatif publique), que sous Fouad Chehab il y a eu à la fois des reculs et des avancés, que sous Charles Helou l’Etat a renforcé son emprise sur plusieurs secteurs économiques (bancaire et aviation), et que même la guerre civile n’a pas empêché l’accroissement de l’Etat (surtout le secteur éducatif et l’administration publique). Dire que l’Etat Libanais est né incapable est une insulte au pays et à notre intelligence. On croirait entendre Hafez el-Assad dont le discours avait comme seul but de déligitimer le Liban.

Et puis, le pon-pon: “C’est ainsi que le pays a pu fonctionner de novembre 2006 à mai 2008 avec un Parlement bloqué qui déniait toute légitimité au gouvernement en place et que la présidence de la République est restée vacante pendant six mois”. Ceci n’est pas la preuve de l’absence de l’Etat, mais au contraire de sa solidité. Les services ont continué à fonctionner en dépit d’une crise du régime extrêmement grave… une crise du régime qui n’a pas affecté le pouvoir en dépit des blocages institutionnels (qui ont commencé avec la neutralisation du Conseil Constitutionnel et de la présidence de la République par le Quatorze Mars®, et ont été suivi par la neutralisation du Parlement et la déligitimation du gouvernement par le tandem Hezbollah-Amal). Le problème est manifestement pas celui de l’absence de l’Etat mais du comportement de ses agents (surtout les ministres, le Premier ministre et le Président de la Chambre), et de l’absence de mécanismes institutionnels correcteurs (arbitrage, dissolution, révocation…). Mais ceci pourrait fâcher quelques personnes en leur faisant assumer leur responsabilité… donc répétons en coeur: ما في دولة بهالبلد. une formule consensuelle dont l’effet est soulageant.

Posted in Culture, Discourse, Discourse Analysis, Journalism, Lebanon, Politics, Prejudice, Semantics, Version Francophone | 2 Comments »