Worried Lebanese

thought crumbs on lebanese and middle eastern politics

Archive for June, 2011

Talal Arslan’s resignation remembered

Posted by worriedlebanese on 28/06/2011

A friend of mine under another post asked me to comment on Talal Arslan’s resignation. Here are my thoughts on that issue, ones I have actually already expressed on facebook:

Minutes after the announcement of the new government, Talal Arslan resigned from the government. This resignation highlights a lot questions surrounding the whole formation process. Who negotiated with whom and on what. Very little “information” was “leaked” to the media during those 5 months that separated the designation of the PM and the announcement of the government. There was a lot of bickering and accusations, but very little information. So one can legitimately wonder why Talal Arslan waited till the announcement of the government to announce his resignation. The timing actually begs many questions. We will look into them before analysing the arguments he used to justify his move.

1. Didn’t Arslan know he was allotted a “state ministry” before the announcement of the government? A state ministry is Lebanon is one that carries no portfolio. In other words, the Minister of State has no ministry working for him/her. Some ministry of states can actually have a “specialized office” that functions as a small ministry (that’s the case of OMSAR, the Office of the Minister of State for Administrative Reform). The only thing this position entitles the designated minister is a vote in the Council of Ministry. Politically, this is quite meaningful because the Council of Ministers is, constitutionally, the official executive power in Lebanon. However, the reality of the executive power lies elsewhere (since Rafic Hariri expanded the Prime Minister’s position, and the Speaker plays a key role within the state administration). So, effectively, the position of a Minister of State carries very little leverage on the practical level (that is for access to state resources and state employment). I personally doubt that Arlsan wasn’t informed of the fact that he wasn’t given a portfolio. The political class has always been disdainful toward the weak, but I don’t think the Prime Minister or Arslan’s allies didn’t inform him of the result of their negotiation. But then, who know…
2. Even if he did know, was there any other way for him to reject this allocation? Arslan heads one of the smallest blocs in parliament, one that he owes entirely to his rival within his community (Jumblatt) and to his allies from other communities (FPM & Amal). This puts him in no position to negotiate with his allies or rival.
3. Why was he allocated a ministry without a portfolio? His political weight doesn’t entitle him to more. This allocation actually reflects his standing within his community and within the Lebanese political class. Unfortunately for him, this position doesn’t offer him any perspective to change his situation and reinforce himself politically.
4. What does the resignation offer him? It “safeguards his honor”. As the heir of the Arslan house, granting him a ministry of state was in a way demeaning. To put things into perspective, we have to remind ourselves that the “Arslan house” is the supposed “traditional” rival of the Jumblatt house, and that Kamal Jumblatt actually neutralized its power base during the 1958 civil war. Let’s also keep in mind that Talal Arslan’s mother is a Jumblatt and Walid Jumblatt’s mother is an Arslan.  .

Saving Face in the most inelegant of ways
Now, let’s first look into how he justified his move. Here’s what Talal Arslan declared upon resigning:

” آسف للتعاطي غير اللائق بما يسمى بوزارات سيادية وغير سيادية وبالتمييز العنصري فلا يمكن ان اوافق بان يُعامل الدروز او الكاثوليك او العلويين او الاقليات بهذا الشكل.”

“I’m sorry about the inappropriate way of dealing with the so-called top ministries and other ministries, and about the ethnic discrimination. I cannot condone the way the Greek-Catholics, the Druzes, the Alawites or the minorities have been treated”.

His argument doesn’t hold. In the allocation of portfolios, Nagib Miqati has actually treated these communities in the exact way Saad Hariri had in 2009, with Fattoush replacing Pharaon, Manjian replacing Ogassapian, Arslan replacing Abou Faour… In both governments, minorities (i.e. Latin and/or Protestants) were not represented, and Alawites have never been represented in any government in Lebanon.
Talal Arslan actually points out a real problem (and challenge) in Lebanese politics, but his real problem with Miqati is that he didn’t give him a portfolio.

Last week, Miqati and Arslan agreed that the seat that Arslan relinquished would remain in the hands of Arslan’s party. Al-Liwa’ reported that the position will probably be filled by Arslan’s brother-in-law, Marwan Kheireddine… This solution is quite an interesting one. It shows the lack of political imagination (and innovation) within our political class. A possible solution would have been to split one the ministries and hand a part of it to Arslan. He could have been awarded the Ministry of Municipalities and Decentralization (that could have FINALLY been detached from the Ministry of Interior), or the Ministry of Emigrants (post that Talal Arslan already had in 1998 and that could have been detached from the ministry of Foreign Affairs, though I doubt that Nabih Berri would have agreed to that). It also confirms the extent to which family ties have become the most secure relationship in contemporary lebanese politics.

Advertisements

Posted in Discourse Analysis, Diversity, Intercommunal affairs, Lebanon, Patronage Networks | Leave a Comment »

“Détournement de Fond”

Posted by worriedlebanese on 27/06/2011

Titre: “Détournement de Fond
Auteur: d’Élie Fayad.
Date: Jeudi 23 Juin 2011.
Genre: Editorial… Exercice littéraire, accessoirement journalistique (puisque ce genre d’article ne contient pas d’informations, mais quelques allusions à des faits – pas nécessairement avérés – ou plutôt à des dires). Exercice en fait éminemment politique mais d’un genre particulier. Généralement, il se réduit à une distribution de gommettes ou en l’occurrence à une réprimande (comme en maternelle)… l’éditorialiste devient instituteur qui évalue un élève : “insolence”, “bougeotte”, “trublion”, “il lui arrive, comme c’est le cas ces jours-ci, de dépasser les bornes”, “il s’agite ces jours-ci”.
Total de mots: 804!
Structuration:
Introduction: 410 mots. Thème: “l’insolence de Michel Aoun” (qui s’achèvent avec 101 mots d’auto-justification et d’auto-congratulation).
Corps du sujet: 305 mots (dont 100 mots de digression géopolitique). Thème: “Détournement du débat public”
Conclusion: 89 mots. Thème: “l’agitation de Michel Aoun”.

Analyse descriptive
A l’intérieur de chaque thème, Élie Fayad traite de plusieurs questions qui ne sont pas sans intérêts, mais dont malheureusement les conclusion sont systématiquement détournés à des fins politiques (ou plutôt politiciennes, comme nous le verrons plus tard). Tout d’abord, Elie Fayad décrit un des “fossé[s] de la haine entre Libanais”, celui qui traverse les communautés chrétiennes. D’un côté, nous trouvons les partisans de Aoun “qui se laissent impressionner par [s]es stratagèmes” et interprètent ses prises de positions comme un “signal audible d’une volonté collective de changement”, un signe de sa “différence à l’égard d’une classe politique perçue comme étant complaisante, médiocre, corrompue”. Et de l’autre côté, on trouve les détracteurs de Aoun qui savent que cette “idée” de changement est une “illusion” et qui trouvent ses boutades “déplaisantes”… L’éditorialiste ne cache pas son positionnement, il se range clairement dans ce dernier camp et ne cache pas son mépris de l’autre, gorgé “de nombreux imbéciles à travers le pays”, qui se laisse “impressionner” par ce “troublions”, et se laisse berner par une “illusion” de changement.

En fait, derrière une bonne couche de mépris et une deuxième couche de parti pris, l’analyse d’Élie Fayad est par moments pertinente. Effectivement, les partisans de Aoun sont généralement des personnes qui rejettent la classe politique libanaise “perçue comme complaisante, médiocre, corrompue”… Mais serait-ce  juste une question de perception comme le laisse entendre Élie Fayad? Personnellement, je ne vois pas comment on pourrait de manière objective dresser un bilan positif de cette classe politique. Quant aux détracteurs de Aoun, l’éditorialiste indique que généralement, ils sont rebutés par le style de communication de Aoun, et la personnalité qui s’en dégage: “tentatives d’humour”, “un peu de victimisation et de beaucoup de paternalisme protecteur”. Et là aussi, peut-on vraiment leur en tenir rigueur? Le discours du CPL (le parti, la télévision et les porte-paroles) qui se veut “décontracté” et “franc” est indéniablement grossier. Et jusqu’à maintenant ce parti s’est fait surtout remarqué par son style de communication plus que par son action politique.

Ce qu’il y a de plus étonnant dans cette bipolarisation en milieu chrétien autour de la figure de Aoun est le fait que jusqu’à la formation du deuxième gouvernement Miqati, le chef du CPL demeurait un des acteurs politiques les moins importants sur la scène politique en terme de pouvoir, et que finalement il n’existe pas de différences idéologiques importantes entre lui et ses rivaux politiques en milieu chrétien. Le conflit porte sur la géopolitique (d’ailleurs, c’était l’unique thème de campagne dans les circonscriptions chrétiennes durant les dernières élections législatives) et sur la stratégie d’intégration au pouvoir quadripartite (les deux questions étant évidemment intimement liées).

Quant au corps du sujet, celui qui traite de la thématique principale de l’éditorial annoncée par le titre, son analyse descriptive ne semble pas aussi intéressante que sa soumission à une approche plus analytique. Juste un point mériterait d’être traiter, celui qui est suggéré lorsque l’éditorialiste se demande si le général estime que

le mal, la pourriture, la corruption se trouvent dans un camp et pas dans l’autre, ou alors que cet autre est appelé à se purifier à son contact

Élie Fayad met son doigt sur une incohérence fondamentale dans la stratégie de pouvoir du CPL. Afin d’intégrer le jeu politique, ce parti a dû s’allier d’abord à des petits patrons régionaux chrétiens (Suleiman Frangieh au Nord, Michel Murr au Centre et Elias Skaff à l’Est), pour ensuite s’allier à deux piliers du pouvoir quadripartite. Comment est-ce que le CPL justifier son combat contre la corruption et la classe politique en s’alliant à une partie d’entre elle? Ne perd-il pas de sa crédibilité ou fait-il preuve de pragmatisme? ou est-ce que cette alliance est juste une stratégie pour accéder au pouvoir ou a-t-elle d’autres incidences sur le jeu politique?

Approche analytique:

1. Élie Fayad, acteur politique (ou le renversement de la fonction professionnelle) 
L’introduction qui fait la moitié de l’article n’a pas beaucoup de sens si l’on se tient à son thème. Elle est aussi peu utile à l’argument de l’éditorialiste que la référence à Emile Zola.

“Que l’impertinence soit parfois salutaire, qu’elle suscite de nécessaires remises en question et brise le ronron de la médiocrité, nul ne saurait le nier. Au moins depuis le « J’accuse » d’Émile Zola, tout le monde convient que la vie publique ne peut que gagner en qualité à être secouée de temps en temps par un cri, une bousculade, un geste d’insolence”. 

L’inutilité d’un développement par rapport à l’argument central est en fait un indice qui nous invite à chercher son sens ailleurs que dans l’argument. La référence incongrue au “J’accuse”, par exemple, est manifestement un référent culturel qui agit en tant que marqueur identitaire qui sert à souligner l’appartenance commune du lecteur et de l’auteur à un groupe valorisant (cultivé, francophone, francophile…). De même, consacrer la moitié de l’article à un thème introductif qui aurait bien pu être résumé en deux lignes montre que l’enjeu de ce développement est ailleurs. La clef de ces développement se trouve dans le dernier quart de l’introduction, dans une sous-partie qui sert non seulement où le journaliste justifie sa démarche et s’en félicite.

“l’homme politique – ou le journaliste – qui dénonce l’impertinence de ce dernier ne fait en cela que confirmer son appartenance à l’establishment « pourri » qu’il est nécessaire d’extirper pour que le pays vive et prospère. Après tout, le « combien-Hariri-vous-paie-t-il-à-la-fin-du mois ? » est la phrase fétiche la plus répétée par de nombreux imbéciles à travers le pays et elle le restera encore longtemps. Pour répliquer à Michel Aoun, il faut donc changer de perspective. Ne pas critiquer son insolence, mais au contraire, son… manque d’insolence vraie ou, si l’on veut, son insolence calculée. Car elle l’est à plus d’un titre”.   

Nous remarquons ici l’identification extrêmement significative opérée dès le départ entre la figure du politicien et celle du journaliste. Ce tiret, dont la fonction en tant que signe de ponctuation devrait être celle d’encadrer une incise (de la même manière qu’une parenthèse), joue ici un tout autre rôle; celui d’un trait d’union. Effectivement, l’éditorialiste justifie ce rapprochement des deux catégories en laissant entendre qu’ils subissent les mêmes accusations de la part de Michel Aoun. Et suivant la logique, “même ennemi… même combat… mêmes armes”, l’éditorialiste met en commun leur fonction, rend les deux figures solidaires et se permet de glisser d’une catégorie à l’autre sans aucun souci. En fait, la confusion entres les deux figures ne provient pas de ce combat. Elle est manifeste au Liban depuis plusieurs décennies. Les médias ne sont pas un quatrième pouvoir, ce sont des boites à résonance politique, des auxiliaires d’un autre pouvoir, du seul autre pouvoir (qui se moque des distinctions fonctionnelles entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire). Cette confusion a des raisons structurelles (la liberté des médias va de pair avec leur absence d’autonomie financière et politique… et donc éditoriale) mais également conjoncturelles. La polarisation politique qui a marqué le pays depuis 2005 encourage cette solidarité, cette identification, et c’est sans parler de l’assassinat de deux journalistes (qui d’ailleurs relevaient des deux mondes journalistiques et politiques puisque l’un était patron de presse et député et l’autre éditorialiste et mentor de parti) dans une série d’assassinats politiques qui est venu sceller cette solidarité.

Revenons à l’article d’Élie Fayad, voyons comment il entend sa fonction, à travers le phrase qui sert à introduire le thème principal de l’article, et plus précisément à partir d’un verbe auquel il a recourt: “répliquer“. C’est ce qu’entend faire le journaliste: Répliquer à un politicien. C’est comme ça qu’il entend son rôle. Et il ira encore plus loin dans le paragraphe qui suivra puisqu’il accusera le politicien de “sélectivité thématique“, de “détournement” du “débat public […] de ce qui est essentiel pour tous vers ce qui ne l’est que pour quelques-uns“. Ici, Elie Fayad revisite la théorie américaine de l’agenda setting. Elle ne touche plus à l’information, d’ailleurs, vous l’avez remarqué, l’article, comme bien d’autres dans le journal n’en contient aucune. L’Agenda ici est strictement politique. Et le journaliste se propose de poser les priorités et même de définir ce qui est politique.

2. La définition du politique et la détermination des priorités
L’éditorialiste dénonce les priorités de Michel Aoun et présente les siennes. Il appelle cela la “sélectivité thématique”. D’après lui:

“la corruption financière est mise en avant alors que la corruption institutionnelle et toutes les autres formes d’atteinte au droit sont tues. Et pour cause : on y participe copieusement”. 

Cette phrase est particulièrement intéressante. La distinction entre “corruption financière” et “corruption institutionnelle” à vrai dire m’échappe. A mon avis, ce n’est que deux faces d’une même réalité. L’enjeu de cette distinction est à trouver ailleurs que dans la définition, peut-être à travers la figure symbolique représentative de chaque face… La figure de Rafik Hariri (ou de son successeur Saad Hariri, ou de son collaborateur Fouad Siniora) semble bien représenter la “corruption financière” en raison de l’instrument privilégié qu’il utilisait pour assoir son pouvoir et son réseau clientéliste. Alors que la figure de Nabih Berri semble bien représenter la “corruption institutionnelle” en raison de l’instrument privilégié qu’il utilise pour assoir son pouvoir et son réseau clientéliste. La distinction entendu de cette manière vise donc à dénoncer l’alliance avec l’une des figures contre l’autre figure… De la même manière, lorsque Élias Fayad mentionne les “autres formes d’atteinte au droit“, il semble viser le Hezbollah… Ce ne sont finalement pas les priorités de CPL qui sont critiqués, mais ses alliances politiques.

En fait, il y a très peu question de politique à proprement parler dans cet éditorial. Comme nous l’avons vu, l’éditorialiste s’intéresse d’abord  au discours politique, et plus particulièrement à la communication politique d’un homme. Puis, au moment où il veut rétablir les priorités, il évacue d’une seule phrase expéditive tous les éléments politiques pour s’attarder sur la géopolitique. La digression géopolitique d’Élie Fayad s’étend sur 100 mots. C’est à croire que l’éditorialiste réduit la politique à la géopolitique (ou même les confonds). Et là, il nous livre un indice sur la manière dont il mesure l’importance d’une considération politique, qu’il établit l’ordre de priorité que les politiciens devraient suivre:

Cette question n’est-elle pas à l’heure actuelle plus angoissante […]?”.

C’est l’angoisse qui détermine la priorité, la question de l’heure. Et cette angoisse est géopolitique… En fait, je me serais pas attardé aussi longtemps sur cet article si la lecture d’Élie Fayad n’était pas symptomatique de l’ambiance politique dans laquelle nous sommes plongés depuis 2005: bipolarisation en milieu chrétien autour d’une figure, mobilisation communautaire en milieu non-chrétiens, militantisme et embrigadement des médias, et l’emprise des émotion, et surtout de l’angoisse. Cela ne fait pas disparaitre le politique, mais obscurcit considérablement son analyse par ceux qui y participent.

Posted in Discourse, Discourse Analysis, Journalism, Lebanon, Politics, Version Francophone | Leave a Comment »

Lebanese IPBs: Informal political bodies

Posted by worriedlebanese on 19/06/2011

On Monday, the Lebanese Presidential palace announced the formation of a new government. The following day, the two political groups that were the most affected by the governmental change convened: The Future Movement called its MPs, the Free Patriotic Movement called its Ministers… These two parties were undoubtedly entering a new phase in their history. One formation convened a fragment of the parliament while the other convened a fragment of the government, each to comfort its new role, respectively that of an “opposition party” and that of a “governmental party”. That’s what they announced to the Media on Tuesday, and that’s what the press reported on Wednesday… We’ll try to look beyond these slogans and headlines to see how things could eventually evolve for those two parties. This analysis can only take into consideration internal political dynamics that can be expected. It won’t take into consideration the multiple and unpredictable possibilities that can come out from the investigation into the Hariri Assassination conducted by the Special Tribunal for Lebanon, nor the ongoing revolt/repression in Syria.

A para-parliamentary structure

The Future Movement
It had the largest share in the former government (6 for itself and 6 for its allies) and none in the present one. The Future Movement’s parliamentary bloc, “Lebanon First”, counts no less than 30 MPs, making the largest bloc. Moreover, it can count on the support of 22 additional MPs among its allies and dependent “independents”.
Interestingly enough, having been THE governmental party for over two decades, the Future Movement can count on quite a strong support from within the state apparatus. Its years in government has allowed it to make a lot of nominations within the state: filling in some key posts and a lot of minor and medium positions within the public administration (that are actually extremely handy for daily administrative life). It undoubtedly has one of the biggest patronage network in Lebanon, only second to Nabih Berri. The Future Movement (FM) can equally count on support from outside the state. It retains the symbolic leadership of the Sunni community (through its influence on Dar al Fatwa and communal organizations, and because it has the largest number of sunni MPs in parliament: 15 for its bloc & 2 for its allies out of 27). It can also count on strong international relations and economical leverage within Lebanese society through charities, foundations, corporations and banks. These reasons make me doubt that the Future Movement will play the role of an opposition. It’s more likely to play the role of a para-governmental structure, as it has shown on tuesday when it gathered most of its MPs for a meeting.

An opposition party is one that not only voices dissent, but also accepts its position outside government. In Lebanon, these two aspects are disconnected. Ministers started voicing their dissent in the 1950s, contradicting every aspect of governmental solidarity. And in the 1990s, Walid Jumblatt pushed this aspect a step further and invented the very oxymoronic concept of “opposition within the government”, a concept that the Free Patriotic Movement and March 8th carried on in the past three years. So basically, dissent has become prevalent in Lebanon, so much so that the media called part of the governing coalition since 2006 “the opposition”.

Now that the Future Movement is out of the government, one can wonder if they are willing to play the role of opposition, that is stay out of the country’s governance. That doesn’t seem likely. One can look back at the party’s three experiences out of the government (2 years in opposition under the Hoss Government, 4 months under the Karame Government, 3 months under the Miqati Government) and see that it had actually kept on interfering in the country’s governance. It’s not only a question of will, it’s almost structurally impossible.

A Para-govermental structure

The Free Patriotic Movement
It has the biggest share in the present government (6 for itself and 4 for its allies. That makes 10 out of 30). Its “Reform and Change” bloc is the country’s second after the FM’s “Lebanon first” with 20 MPs (2 belonging to the Tashnag).
It came out as the biggest beneficiary of the governmental change, it has actually been a governmental party since 2008, even if it was mislabeled then as an “opposition party” Interestingly enough, it actually kept on perceiving and self-portarying itself as an “opposition party”. Now that this has become impossible, the biggest change for the FPM (and its supporters) is going to be a psychological one. It is now THE governing party. But even if that’s true for the formal politics (based on institutional rules), it is less true for the informal politics (based on informal interactions grounded on “raw” power and personal ties and interests), and that’s where things are going to play out. Since its return to politics in 2005, the FPM has very quickly integrated the Lebanese informal politics. It allied itself with the most prominent christian patrons in Lebanon during the 2005 parliamentary elections: Sleiman Frangieh in Northern Lebanon, Michel Murr in Central Mount Lebanon and Elias Skaff in Zahlé. Without this alliance (and the vote that these patrons can lever through their patronage networks), it would have probably lost several electoral districts, and would’t have been able to later consolidate and build on these electoral conquests. Then it secured a television channel (OTV, 2007), followed by a radio channel (Sawt el Mada in 2009)… this was also done through informal politics. The FPM didn’t change the rules of the game. They secured ways to achieve their goals by playing like all the other players.

Basically, Michel Aoun has achieved the goal he had set himself when he came to Lebanon, become a major player in Lebanese politics, but instead of becoming the country’s president, he became a super-Za’im. Before his return from exile, Michel Aoun realised that to reach the presidency, he had first to become a Za’im. With a massive vote in his favour, the Christian electorate entitled him to it, but it was denied him by the quadripartite alliance at first and then by the Future Movement who supported two rival politicians who had a claim to the same title (Samir Geagea and Amin Gemayel). This is no longer the case. Now that he “commands” the largest share in the government, he has become a super-Za’im, joining the same rank as Saad Hariri, Nabih Berri, Hassan Nasrallah and Walid Jumblatt. But unlike the three others, he didn’t do that by converting his military or financial capital into political power. He did it through elections and through his alliance with Hezbollah. So basically, he is the most fragile of the super-Zu’ama, and he know it. His first task is to consolidate his power. He has to secure the same score during the 2013 parliamentary elections, and ideally increase it. This means he has to convince the Lebanese voters. Can he do it without playing into informal politics and creating his own patronage network?

Posted in Lebanon, Patronage Networks, Pluralism, Political behaviour, Speculation | Leave a Comment »

Habemus Majlisan!

Posted by worriedlebanese on 14/06/2011

Cinq mois de gestation – “autant qu’une chèvre”, comme l’a remarqué une amie – pour que le Liban accouche d’un gouvernement. On s’attendait à un changement notable, à un gouvernement tourné vers l’avenir. C’est peut-être ce que nous réservait la formule initiale de Nagib Miqati. Mais c’est finalement Nabih Berri qui a fait accoucher un gouvernement de 30 membres: un gouvernement résolument ancré dans la réalité la plus proche, la plus immédiate, celle du petit jeu politicien où le seul horizon est la prochaine échéance électorale (dont les contours commencent à se dessiner). Exit les ministres femmes. Aucune formation membre de la coalition gouvernementale (qui regroupe pas moins de 8 partis politiques et onze notables “indépendants”) n’a daigné proposer UNE ministre! Exit le seul “représentant de la société civile”, c’est-à-dire Ziad Baroud, qui a sans doute déçu plus d’un, mais qui jusqu’au bout a incarné par son style de communication et les valeurs qu’il représente le type de ministre auquel une majorité de libanais aspire. Exit l’espoir de l’inclusion des minorités. On avait parlé de la nomination d’un ministre Aléouite et de la réapparition d’un Ministre Protestant (à l’instar de B. Flayhan) ou Latin (à l’instar de N. de Freige)… espoirs déçus.

Avant d’examiner successivement les nouvelles dynamiques que reflète le gouvernement, commençons par une description sommaire.

Le second gouvernement Miqati comprend 8 partis politiques: CPL (6 ministres dont un d’État), PSP (3 ministres avec portefeuilles), Tashnag (2 ministres dont un d’État), Marada (2 ministres dont un d’État), Amal (2 ministres), Hezbollah (2 ministres dont un d’État), PSNS (1 ministre d’État), Parti Démocratique (1 ministre d’État). Les 11 autres ministres sont des “indépendants”.

Sur les 30 Ministres que comprend ce gouvernement, 8 sont hérités du gouvernement Saad Hariri (dont cinq gardent leur portefeuille ministériel) et 6 autres ont déjà participé à un gouvernement. Sur les 16 nouveaux ministres, 3 sont députés (S. Karam, A. Karamé, A. Terro), 5 ont été des candidats malheureux ou sacrifiés aux législatives de 2009 (Ch. Cortbawi, F. Ghosn, N. Khoury, V. Saboundjian, N. Sahnaoui) et 2 sont issus de la fonction publique (M. Charbel, P. Manjian).

Les éléments insolites du gouvernement

1. Migration communautaire des notables “indépendants”. Cette catégorie d’indépendants regroupe généralement des notables dont le capital politique n’est pas suffisamment important pour qu’ils constituent des partis politiques ou des réseaux clientélistes plus ou moins autonomes au sein de l’appareil public (étatique ou municipal). En réalité, la marge de manoeuvre politique des indépendants est extrêmement réduite, et ils doivent généralement s’appuyer sur un réseau clientéliste au sein de l’Etat, ce qui les rend très peu “indépendants”…

En raison de l’exclusion musclée de la majorité des forces politiques chrétiennes du jeu politique (de 1992 à 2005), le Liban s’est habitué d’une part à une sur-représentation de ministres chrétiens dit “indépendants” et d’autres part à une importante répartition de ministres chrétiens entre réseaux clientélistes musulmans (Chiites, Sunnites et Druzes). Cette tendance a été revue à la baisse depuis 2005 et la réintégration des principales forces politiques chrétiennes au jeu politique (grâce à la bipolarisation politique et la division des chrétiens… comme quoi la division peut faire la force). Aujourd’hui, on ne trouve que 4 ministres chrétiens “indépendants” (contre 11 ministres chrétiens affiliés à des forces politiques et des réseaux clientélistes chrétiens) : deux relèvent de la part présidentielle, un est le résultat d’un compromis entre deux personnalités maronites, et le quatrième relève du Premier Ministre sunnite).

En revanche, on retrouve ce phénomène des “indépendants” au sein d’une communauté musulmane: la communauté sunnite avec 6 “indépendants” sur les 7 ministres qui lui ont été attribués (le septième relève du réseau clientéliste Druze). Ceci a eu lieu suite à l’exclusion musclée du Courant du Future – le réseau clientéliste essentiellement sunnite appartenant à la famille Haririqu’elle a constitué depuis 1992 et graduellement transformé en un des piliers du pouvoir au Liban qui est devenu depuis 2005 la formation hégémonique sunnite.

2. Déséquilibre communautaire. Pour pallier aux défauts dans la représentativité des ministres sunnites, on a accordé aux sunnites un ministère (d’État) en plus et aux chiites un ministère (d’État) en moins… Pour la première fois depuis des décennies, on a dérogé à la règle du partage égale entre Maronites, Chiites et Sunnites. Le second gouvernement Miqati comporte 7 ministres Sunnites, 6 ministres Maronites et 5 ministres Chiites. Et on a continué dans la politique d’exclusion des petites communautés, notamment Arméniennes-Catholiques, Protestantes, Latines et Aléouites qui sont représentées au parlement mais pas au gouvernement.

3. Un régime dissocié. Le pouvoir quadripartite perd une de ses roues. Une des forces principales qui participe à la gouvernance du pays ne participera pas au gouvernement: Le Courant du Future. Son exclusion du gouvernement ne signifie pas pour autant son exclusion de la gouvernance pour trois raison:

  • Depuis les années 1980, ce réseau peut compter sur de solides relations internationales établies par la famille Hariri avec le pouvoir Séoudien, Emirati, et Kuwaitien, sans compter sur les relations avec les gouvernements et les milieux d’affaires occidentaux (et notamment Français et Américains).
  • Depuis 1992, ce réseau a infiltré l’appareil étatique à travers une politique de nomination, de protection, et de captation d’autres réseaux. Aujourd’hui, il a la particularité de pouvoir s’appuyer à la fois sur des agents et des réseaux étatiques et extra-étatiques (un grand nombre de sociétés privées dans le domaine de la construction, de la banque, des médias, de la communication…). Depuis 1998, ce réseau  a montré à plusieurs reprises que son exclusion d’un ministère ne signifiait pas l’arrêt de son influence.
  • Enfin, depuis 2005, ce réseau peut compter sur une forte mobilisation de la communauté sunnite à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Etat.

Depuis 1992, la gouvernance au Liban est constitué autour de quatre principaux groupes politiques: le Courant du Future, le Parti Socialiste Progressiste, Amal et Hezbollah. Chaque groupe politique s’appuie sur un réseau clientéliste dont trois phagocytent: le réseau clientéliste chiite de Nabih Berri, le réseau clientéliste sunnite de Rafic Hariri et le réseau clientéliste druze de Walid Joumblatt.

Jusqu’en 2005, la structuration clientéliste du pouvoir connaissait deux “anomalies”:

  • L’anomalie du Hezb. Un des piliers du pouvoir possédait un réseau clientéliste qui ne s’appuyait pas sur l’Etat, ni pour défendre ses intérêts, ni pour y puiser ses ressources. Effectivement, pour défendre ses intérêts, le Hezbollah comptait sur la Syrie, et pour ses ressources il s’appuyait sur l’Iran et la diaspora.
  • L’anomalie chrétienne. Dans la configuration quadripartite bâtie par la Syrie, les chrétiens n’avaient que deux choix: soit intégrer les petits réseaux clientélistes chrétiens de Frangieh, de Murr et des familles de Zahlé à faible rendement politique, soit intégrer les sous-réseaux clientélistes chrétiens qui relèvent des grands réseaux de Zaïm musulmans (principalement Jumblatt pour le Mont Liban méridional, Hariri pour Beyrouth et Berry pour le Sud).
Avec le gouvernement Miqati, trois nouvelles “anomalies” se sont rajoutés:
  • L’anomalie CPL: la principale force politique au gouvernement, le CPL avec ses 6 ministres, ne s’appuie pas sur un réseau clientéliste (le CPL ne semble pas avoir bâti durant ses trois années de participation au pouvoir un réseau clientéliste peut-être en raison du peu de nomination, à la différence des Forces Libanaises qui ont su être beaucoup plus efficace au sein des FSI, par exemple).
  • L’anomalie Sunnite: la principale force politique au parlement, et une des principales forces clientélistes au sein de l’appareil étatique est exclue du gouvernement. Elle est remplacée par des notables “indépendants” qui s’en rapprochent sur le fond (surtout par rapport à la politique économique et les relations internationales) mais qui ne peuvent pas remplir les mêmes fonctions symboliques et clientélistes. Ceci va créer une nouvelle dynamique qui va sans doute compliquer et alourdir le travail gouvernemental, mais peut-être profiter au Courant du Future (mais pas à ses alliés chrétiens).
  • Vers la résorption de l’anomalie Hezb? Le Hezb peut de moins en moins compter sur un appui étranger et se voit contraint de s’appuyer sur l’Etat libanais. Ceci l’a conduit à faire chuter un gouvernement et à écarter le premier ministre qui n’était pas prêt à lui accorder la couverture dont il a besoin…
Le développement des réseaux clientélistes et la manière dont ils ont phagocyté l’Etat Libanais ont conduit au développement d’un mode de gouvernance qui repose sur des règles informelles apportées par les différents acteurs afin de protéger leurs intérêts. Même si ces règles informelles contredisaient les principes formels de gouvernement (comme le pouvoir hiérarchique au sein de l’administration, la centralisation du pouvoir et la séparation des pouvoirs), le gouvernement reflétait en quelque sorte le système de partage des ressources et de répartition du pouvoir au sein de l’appareil étatique. Avec les nouvelles anomalies qui se sont rajoutées au système suite à la formation du deuxième gouvernement Miqati, nous entrons dans une nouvelle phase où le gouvernement ne reflète plus le système de gouvernance (ni la répartition des forces au sein de la société)… Cette nouvelle tension entre le pouvoir “réel” et le pouvoir “formel” ne peut perdurer sans influer sur les règles formelles ou informelles du pouvoir… La manière dont ceci se fera n’est pas encore clair.

Posted in Idiosyncrasy 961, Intercommunal affairs, Patronage Networks, Political behaviour, Reform, Version Francophone | 2 Comments »

The great awakening of Syrian sectarianism

Posted by worriedlebanese on 13/06/2011

A syrian blogger's idealised vision of the Syrian revolt

As I listened to the news today from Syria, I had a strange feeling of having heard that story before. The people interviewed were giving their version of the events in Jisr al-Shughur… but the stories they told were exactly like the ones I heard about Dar’a a couple of weeks back:
– Massacres of Sunnis, especially sunni soldiers who were not willing to shoot at other sunnis.
– Alawite paramilitaries helped by Iranians and Hezbollah (“other Shiites”)
There were only two ways to explain the similarity between the two narratives: either the events they were describing were being repeated or a sectarian rhetoric had crystallized into a solid narrative that is circulating within some circles of Syrian society.

Flashback
Four weeks ago, I spend an evening with a Syrian family from Dar’a discussing the situation in their hometown. It wasn’t really a discussion. I sat for almost two hour listening to them, and only asked a couple of general questions to encourage them to talk about their personal experience. As expected, they were very emotional about what was going on: They had after all fled their town because of governmental violence, and they seemed to know some protesters who were killed. It was actually quite hard to get any “hard” information from them. Sure they described some events, gave a couple of names (of people and locations) and even threw in a couple of figures. But most of what they said was based on hearsay and they constantly shifted between a “victimisation narrative” and a “heroic narrative”. In both cases, the arguments were selected and adapted in a way to suit the narrative’s objective.
What struck me at the time was the sectarian lens through which they perceived all the events that they described. Sectarian discourse had long been taboo in Syria, and one could only hear it in closed circles and in veiled language. Syrians usually mocked Lebanese for their sectarian discourse and sectarian system, and prided themselves for being “non-sectarian”. Now things seemed to have radically shifted. Syrians were resorting openly and unashamedly sectarian analysis and were using an extremely violent sectarian discourse.
Here I was talking to a sunni family that proudly mentioned during our conversation its communal belonging, and even mine (on one occasion when they spoke of the rights of the majority – ie Sunnis – and felt that they had too reassure me by telling me that they bore no ill feelings toward non-alawite minority groups).

Fact or Fantasy?
The current dynamic within Syria is certainly sectarian. The bloody Dar’a repression quickly transformed a mostly cross-sectarian economical revolt into a sectarian political/economical revolt. And this was extremely clear in Lattakié where alawites withdrew from the protestations and sunnis joined them in greater numbers… and syrian troops left Alawite villages and neighbourhoods while they took control of sunni villages and neighbourhoods. Needless to days Bachar Assad broke the “social contract”, following Qaddafi’s footsteps. In the Libyan case this social contract was tribal in nature (and violations started a couple of years ago), in Syria it was communal in nature. The break in the Libyan case was complete, and the country is today completely divided on tribal lines. In the Syrian case, the situation seems more complicated. Symbolically, the tacit social contract is between two communities: the alawite minority and the sunni majority. But as communities are not organized political bodies but a complex blend of institutions, networks and mental representations, the real “covenant” is between the elites within both communities… and this covenant has up to now survived what can be interpreted as sectarian violence: the victims of the repression are mostly sunnis (especially among the killed), and the alawite community is today mobilized behind the Baasist regime that is now widely perceived as being “alawite” and as supporting alawite interests. One has to speak of “perception” here because the “objective” reality is quite possibly very different from what is subjectively perceived, and in any case, it doesn’t really matter. Perceptions and discourse can over-ride reality and symbolic elements can have a larger impact than deeper structural realities.

The sectarian lens goes regional
As we have seen, there is an obvious sectarian dimension to the revolt/repression. But what is even more obvious is the sectarian lens has become prevalent in the political discourse and in political analysis: both sides interpret the political situation in Syria in exclusive sectarian terms. The Syrian regime insists on the sectarian dimension of the revolt and dubs it “salafism” (i.e. a version of sunni religious extremism). While opposition groups and their supporters insist on the sectarian dimension of the repression/regime (and calls it Alawite or Shiite). And both parties claim to be non-sectarian and accuse the other of playing sectarian politics. Actually, one of the main traits of the sectarian lens is that it refuses to acknowledge that it is sectarian in its nature (much more than the communal reality it is supposed to be “neutrally” observing).
The situation in Syria is actually quite similar to what happened in Lebanon when the sectarian lens became prevalent in political analysis and political discourse.
What is new today in Syria is that the lens has taken an important “regional” scope. The sectarian geopolitical approach (that can be considered as a prevalent bias in today’s geopolitical analysis) has fed the national sectarian narrative. The alliance between Syria, Iran and Hezbollah which actually benefits the interests of the three parties is seen as being a sectarian one. It’s true that Iran and Hezbollah share a strong shiite religious identity… But extending it to the Alawites is stretching it a bit too far and giving too much credit to the Alawite’s discourse.
The claim that Iran and Hezbollah are participating in the repression has not been supported by any fact. It resembles the claim that Hezbollah participated in the iranian crackdown against the Green revolution.
Such accusations are made quite lightly and no serious investigation is done to verify the claim. If they were proven to be true, this would have serious implications to Syrian politics, but also Lebanese politics.

  • For Syrian politics. The big difference between Syria and Lebanon is that the Syrian political class has always objected to foreign meddling in its affairs (while the Lebanese political class actively welcomed it before 1943 and after 1958). If Hezbollahi and Iranian direct intervention were proven to be true, that would mean that the Baasist/Assad regime has changed the nature of the syrian political game.
  • For Lebanese politics. Hezbollah has already a first hand experience in political repression (May 6, 2008). But that was a very short one. Any implication in the Syrian repression would mean that it would be furthering its experience in scale and scope. And it would be the first Lebanese actor to have meddled in another state’s affairs.

Posted in Civil Society, Conspiracy, Discourse, Discourse Analysis, Intercommunal affairs, Semantics, Syria | Leave a Comment »