Worried Lebanese

thought crumbs on lebanese and middle eastern politics

Quelques réflexions sur la francophonie

Posted by worriedlebanese on 19/12/2009

J’écoutais ce matin les nouvelles sur RFI et un commentaire insipide sur la francophonie a remué en moi des interrogations et des constats qui remontent à la surface périodiquement. Quel est le sens de la francophonie?

  • Une langue en partage?
  • Une culture en partage?
  • Une histoire en partage?
  • Des intérêts en commun?

Chaque question-réponse suit sa propre trajectoire et donne au mot “francophonie” une dimension différente.

Une langue, ou une aire linguistique? Est-ce le Français tel qu’il est parlé (ou écrit) en France, ou est-ce qu’il comprend les expressions différenciées, nées du métissage, du contact avec d’autre langues, de la créativité, de la vitalité de la langue telle qu’elle est parlée ou écrite en Afrique, en Asie, au Canada, dans les Alpes, dans les banlieues des villes française, dans le quartier latin de Paris… Cette question me rappelle deux éléments que l’on trouve sur le site de  l’Orient Le Jour:  la mention “Quotidien Libanais d’expression française” (et non pas francophone), et la rubrique “Libanisme” (expliqué en ces termes amusés et gentiment condescendants : “Les puristes parleront de fautes de français, mais il s’agit d’abord de « libanismes » : ces mots et expressions inventés et utilisés par les Libanais francophones donnent à la langue une couleur orientale qu’on ne retrouve pas dans les livres de grammaire). Ce n’est pas un hasard que ce journal ait été autant célébré à Rambouillet, il y a deux semaines. Il représente parfaitement la manière dont la francophonie est comprise par une certaine élite française: instrument narcissique, miroir qui reflète une certaine image de la France, d’une culture qui rayonne depuis Paris et qui nourris avec son universalisme les esprits aux quatre coins du globe terrestre.

Lorsqu’on parle de culture, on pense automatiquement au patrimoine… au passé. Que comprend ce patrimoine? Est-ce qu’il ne recouvre que le patrimoine linguistique, ou en langue française, ou est-ce le patrimoine culturel de cette aire francophone? Les cultures bretonne, niçoise, corse ou alsacienne ont bien été intégrées au patrimoine culturel français et francophone en dépit de leur francisation linguistique récente… Peut-on faire de même avec la culture arabe qui tisse des liens intimes avec la France depuis le XIXe siècle (que ce soit au Levant, en Egypte ou dans le Maghreb).

Lorsqu’on évoque l’histoire, celle de la francophonie, on ne peut que oublier l’histoire coloniale, mais aussi l’histoire diplomatique, le Français en tant que langue de domination des élites royales en Europe, le Français langue de la République et de son unification centralisatrice des provinces et des populations de France. C’est sans doute à travers cette approche de la francophonie que l’on perçoit de la manière la plus claire le caractère asymétrique de la relation entre un Etat, la France, et le reste de cette aire géo-culturelle.

Au delà de la langue et de la culture, y aurait-il des intérêts en commun? Et quels seraient-ils?

Le reste demain… je dois me mettre au travail!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: