Worried Lebanese

thought crumbs on lebanese and middle eastern politics

Demographic threats

Posted by worriedlebanese on 19/03/2007

In the Middle East, the concept of “demographic threats” or “demographic timebomb” is a basic component in political discussions in two countries only: Lebanon and Israel. One can remark incidently that these are the only democracies in the Middle East, but of a particular type. The democratic factor explains the fact that these issues are in the public debate. The particularities of these democracies could explain why demography is perceived as a threat. They are both communally based democracies: Israel based on one dominant group seen as the “raison d’être” and one of the defining component of the State (hence the qualification of “ethnocracy”), while Lebanon is based on a power sharing forumla (hence the qualification of consensus democracy or “concensocracy”). Demographic change can in effect threaten this main feature of each country (the jewish character of Israel and the power sharing forumla in Lebanon).
In Israel, demography has become a security issue. Oddly enough, in Lebanon, hasn’t been analyzed in these terms withstanding the fact that demographic change has been used by several actors to define or redefine the main characteristics of the State.

8 Responses to “Demographic threats”

  1. naya said

    En Israel la loi dite sur la citoyenneté et l’entrée en Israel est l’une des plus discriminatoire et raciste en matière de droit de fondamentaux et je pense qu’il y a eu un débat la dessus au niveau de la societé civile en israel dont une partie est ouvertement pour son abolition. Ce qu’il est convenu d’appeler la menace démographique en Israel fait partie du discours politiquerécurrant et c bien compréhensible bien que répréhensible puisque comme tu le dis ça touche à leur existence en tant qu’Etat. tous les moyens sont bons pour dissuader un arabe palestinien tout particulierement d’épouser une palestinienne et les consequences de mariages de ce type offrent un exemple de ce que peut etre un vrai cauchemar..
    Pour le Liban, la menace démographique est chiite ( mis à part la question de la nationalisation des palestiniens qui est un facteur exogène) .
    Comment peut on envisager la question en terme “sécuritaire ” lorsqu’il s’agit d’une communauté libanaise au meme titre que les autres et non comme dans le cas israelien d’une menace touchant à l’essence meme de la création de l’Etat.? quelle approche envisager dans le cas libanais pour aborder ce débat sans faire des étincelles? est ce que ce débat peut etre envisagé au Liban en ces termes sans crier au complot et que les maronites soient en premiere ligne de mire?

  2. naya said

    arabe israelien pas arabe palestinien je veux dire!

  3. Tu as absolument raison. Les deux cas sont très différents dans leur manière de traiter politiquement et juridiquement les changements démographiques.
    Ce que j’ai essayé d’ébaucher ici est une petite réflexion sur une préoccupation commune aux deux pays. Ceci permet de mettre en relief l’articulation entre le discours politique, la définition de la nation et les instruments juridiques visant à assurer la pérénité du régime.
    Personnellement, je ne parle pas de “menace démographique” mais de modification démographique qui a des incidences institutionnelles. Ce sont les acteurs politiques qui quant à eux parlent de “menace démographique”. Mais le fait qu’ils n’en parlent pas publiquement ne signifie pas qu’il ne perçoivent pas les changements démographiques en tant que menace, ou que ces changements démographiques n’ont pas d’incidences institutionnelles.
    Au Liban, on ne parle ouvertement de menace démographique que lorsqu’il est question de naturalisation des descendants de réfugiés palestiniens nés au Liban (souvent de parents nés au Liban). Personnellement, je ne parlerai pas dans leur cas de facteurs exogènes. C’est une population résidente dont l’élément exogène remonte essentiellement à 1948.
    Il est intéressant que dans leur cas, on utilise souvent une autre expression, celle d’atteinte à l’équilibre communautaire. C’est une notion parente à celle de menace démographique, seulement, elle intégre une nouvelle dimension, celle d’équilibre. Elle s’oppose radicalement à la notion israélienne de majorité démographique.
    Mais les deux notions peuvent appeler à un traitement volontariste, à une ingénieurie démographique. Cette dimension là est surexploité en Israël, et souvent d’une manière irrespectueuse des droits fondamentaux, comme tu l’as si bien expliqué. En revanche, au Liban, on l’a traite que de manière négative (absence de naturalisation). Toutefois, on peut noter que la revendication essentiellement chrétienne de l’élargissement du collège électoral aux Libanais résidents à l’étranger est une manière d’aborder la question démographique de manière volontariste. Notons, que ce n’est pas en ces termes qu’elle est abordée.

  4. naya said

    thans pour ton commentaire,
    les combines juridiques mises en oeuvre ou invoquées en israel consistent à assurer la perennité de l’Etat alors qu’au Liban il s’agit d’assurer la survie d’une communauté qui passe aussi par sa participation effective au pouvoir politique selon cette fameuse formule de partage mettant en place un système consociatif qui consacre le confessionnalisme politique. c’est sous cet angle que j’ai considéré la question palestinienne comme un facteur exogène pour le pays dans le sens que ce n’est pas un élement intrinsèque de la mise en placedu système libanais mais la naturalisation, comme tu l’as dit va accélérer le déséquilibre, et c’est un vrai problème dont le pays se passerait mis a part le fait que d’un point de vue humanitaire leur situation est inadmissible.
    En fait, j’ai posté mon commentaire avant que tu ne nuances le tien qui finissait “In Israel, demography has become a security issue. Oddly enough, in Lebanon, it hasn’t “. c ‘est cette phrase qui m’avait interpellée car je ne voyais pas les choses sous la meme perspective dans les deux pays…

  5. naya said

    juste encore un mot, finalement au liban la question semble plus complexe car quand dit menace ou changement demographique, cela nous ramene au confessionalisme .et qui dit deconfessionalisation politique pense automatiquement: majorité politique confessionnelle du fait du différentiel démographique. on revient toujours aux maronites, premiers “menacés”, qui pourraient se retouver dans le cas extreme dans un schéma egyptien de “coptification” au niveau de la représentation politique, et dans ce cas, pour eux il s’agirait d’une dilution de l’Etat, au meme titre que les Israeliens percevraient la dilution de leur Etat. A ce niveau de la survie politique des chrétiens, l’analyse en terme securitaire tiendrait la route.Alors qu’en terme chiite, c’est exactement le raisonnement opposé les concernant.

  6. Petit retour aux Palestiniens du Liban. La majorité d’entre eux, née au Liban, descend des vagues de réfugiés arrivées en 1948, soit cinq ans après la formulation (en fait son énonciation) du pacte national qui établit la nouvelle “formule libanaise”, et un an après les élections législatives qui l’ont consacrées. Ces réfugiés arrivent avant l’élargissement de la “formule de partage” à l’administration libanaise, avant l’allocation confessionnelle des postes de première catégorie… Et ils représentent près de 10% de la population résidente.
    Ironiquement, en dépit du fait qu’ils soient systématiquement écartés de l’analyse du système libanais au motif qu’ils sont un facteur exogène, ils deviennent dans les années 1970 l’instrument principal utilisé pour faire évoluer le système.
    D’une “menace démographique” potentielle, ils sont devenus (jusqu’en 1982) par le biais de l’OLP et de ses alliés libanais (députés, ministres et premier ministre) une menace politique et militaire réelle pour un système calcifié qui repose sur une formule dont les bases (démographiques) sont floues et les allocations (règles de répartition) rigides.

  7. Ce que j’ai essayé de faire ici est de recadrer une préoccupation libanaise à travers sa comparaison avec une préoccupation israélienne en notant les points de ressemblence et de divergeance. Grâce à tes commentaires j’ai pu dégager une notion libanaise qui répond à la notion israélienne de “menace démographique”, celle “d’atteinte à l’équilibre communautaire”. Or comme tu l’as si bien dit, cette notion ne décrit pas la réalité puisqu’il n’y a pas d’équilibre communautaire. Tout ce que la naturalisation des Palestiniens peut amener est une “accélération du déséquilibre” communautaire.
    Une chose que la notion libanaise décrit parfaitement est la manière non-volontariste et par la négative que la question de la démographie est traitée au Liban.

  8. Israel said

    Interessant. opinion ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: